Le Pain Quotidien choisit Tour & Taxis comme QG européen

©Dieter Telemans

QG européen et belge, centre de formation international, nouveaux magasins… l’enseigne de boulangerie-tables d’hôtes veut faire du site bruxellois de Tour & Taxis un axe clé de son développement.

Vingt-sept ans après sa création par Alain Coumont, le Pain Quotidien renoue avec ses racines bruxelloises. Le rachat il y a près de deux ans par le holding faîtier PQ Licensing de la master franchise pour la Belgique (qui paradoxalement appartenait à des investisseurs néerlandais) était un premier signe de cette volonté de renouer avec sa belgitude.

Cette fois, le "Pain quot’" va plus loin. Alors que le premier magasin s’était ouvert rue Dansaert, dans le centre de Bruxelles en 1990, c’est sur le site de Tour & Taxis, que l’enseigne de boulangerie-tables d’hôtes a jeté son dévolu. Ceci au travers de trois grands projets.

1. Un QG européen

Le premier, c’est le déménagement ce vendredi du QG belge dans l’Entrepôt Royal. Ces bureaux accueilleront aussi le futur QG européen, soit au total quelque 23 personnes. Ce siège européen est une première pour le groupe. Jusqu’ici, PQ Licensing était géré depuis New York. Mais le développement et les ambitions de la marque, aujourd’hui présente aux quatre coins du monde, l’ont poussé à opter pour une organisation plus décentralisée.

"Nous sommes présents partout dans le monde mais il ne faut jamais oublier nos origines belges."
vincent herbert
ceo de pq licensing

Bruxelles sera donc le "head quarter" pour l’Europe et le Moyen-Orient, Hong Kong (où le PQ a ouvert fin 2015 un premier restaurant) pour l’Asie et New York pour l’Amérique du Nord et du Sud. "Sur le plan financier et du développement, New York, qui est une ville ouverte sur le monde et où tout va très vite, reste notre QG, commente le CEO Vincent Herbert, je ne suis en effet pas convaincu qu’en restant basé à Bruxelles on aurait été prêt à nous implanter aussi rapidement aux quatre coins du monde. Dans le même temps, il ne faut pas oublier nos origines: au niveau du concept et des valeurs, c’est la Belgique qui est la base de tout."

2. Un centre de formation

D’où le deuxième projet: le développement, toujours sur le site de Tour & Taxis, d’un centre de formation international. "Ce sera un centre de formation pour notre personnel belge mais aussi pour nos franchisés européens, asiatiques ou américains, explique Jan Vangoidsenhoven, responsable du marché belge. Avec un budget de 160.000 euros, nous allons faire de gros efforts dans la formation de nos collaborateurs car ils véhiculent l’image du Pain Quotidien."

©Sara Janini / BELGA

3. Un nouveau magasin

Ce centre de formation sera logé au rez-de-chaussée de l’Entrepôt royal, là où s’ouvrira prochainement – et c’est le troisième projet – un nouveau magasin, qui doit devenir une sorte de flagship store de l’enseigne. "Il y aura une mezzanine de 80 m² avec un four à cinq niveaux pour les formations et qui donnera directement sur le magasin, détaille Jan Vangoidsenhoven, mais nous organiserons également des formations pour aider nos clients à fabriquer leur pain eux-mêmes. Il y a un véritable engouement pour la cuisine, le jardinage, le potager; nous voulons répondre à ce besoin."

Ce magasin-tables d’hôtes, qui entraînera la création d’une vingtaine d’emplois, bénéficiera aussi d’une vaste terrasse et mettra à la disposition des clients des vélos pour faire le tour du parc qui se développe sur le site. "Nous voulons nous intégrer dans l’environnement de ce quartier en plein développement", ajoute le manager. L’investissement tourne autour des 400.000 euros. La date d’ouverture n’est pas encore fixée. Les lieux seront disponibles en mai mais le lancement pourrait ne pas avoir lieu avant la mi-août, le site étant peu fréquenté durant les vacances d’été.

©Mediafin

Les bonnes performances du marché belge ne sont pas étrangères à cette sorte de come-back en Belgique. "Avec une croissance de 20% du chiffre d’affaires et de 24% de la rentabilité, la Belgique a été un des grands moteurs de nos bons résultats financiers, observe Vincent Herbert, on sent depuis la reprise de la franchise une grande implication de nos employés."

L’an dernier, quatre magasins se sont ouverts en Belgique portant le total à 29. Et puis, le "Pain Quot’" veut aussi s’inscrire dans les tendances de consommation du moment: dorénavant, un food truck sillonne le pays et, ces jours-ci, l’enseigne a signé un partenariat avec Deliveroo pour la livraison de menus au bureau et à domicile, sur le territoire de Bruxelles, comme elle le fait déjà en France, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect