Le patron d'Alibaba confirme un "gros investissement" à Liège

©EPA

Lors de sa visite mardi en Belgique, Jack Ma a confirmé les intentions du géant chinois de l’e-commerce dans le pays. Sans pour autant divulguer les montants en jeu, ni les emplois à la clé d’un centre de distribution à voir le jour.

Cela aurait pu être la confirmation chiffrée des rumeurs qui circulent autour de la construction, à Liège, d’un centre de distribution de plusieurs hectares, projet à même de déboucher sur la création de centaines d’emplois à court terme dans le pays.

En lieu et place, peu d’éléments concrets ont finalement filtré de la discussion qui s’est tenue mardi au Lambermont où, de passage en Belgique, le milliardaire chinois Jack Ma a rencontré Charles Michel pour aborder la question de l’e-commerce mondial et des barrières commerciales qui y existent.

"Des étapes importantes ont été atteintes."
Charles michel
Premier ministre

Alors que les observateurs attendaient une quelconque annonce sur le projet industriel du géant qu’il dirige, le patron du groupe chinois de la vente en ligne Alibaba n’a confirmé officiellement qu’un "gros investissement" en vue à Liège, sans donner plus de détails autour de celui-ci, si ce n’est qu’il devrait "supporter les PME qui veulent exporter vers la Chine ou s’internationaliser". Quid des jobs? Un nombre important est-il à prévoir? "Yeah, sure", a simplement répondu l’intéressé à la presse depuis la fenêtre de sa voiture en partance pour un autre rendez-vous.

De son côté, le Premier ministre ne s’est pas étendu plus longuement non plus sur les échanges qui ont eu lieu avec l’homme d’affaires, évoquant juste "des étapes importantes qui devraient amener prochainement à une communication d’Alibaba".

Communication bienvenue

Comment expliquer un quasi-mutisme, alors que le moment est particulièrement opportun pour communiquer, en pleine évocation de l’arrivée du constructeur chinois Thunder Power EV sur le site de Caterpillar pour y produire des voitures électriques, après l’épisode du loupé Zalando qui a préféré les Pays-Bas à la Belgique pour l’implantation d’un centre logistique, et au lendemain de l’annonce, lundi, d’un important accord de partenariat outre-Quiévrain entre Alibaba et le géant industriel français Bolloré (transport, logistique et communication)?

Coulisse | Rendez-vous royal

En marge de sa rencontre au Lambermont avec le Premier ministre, Jack Ma a profité de son passage en Belgique pour rendre visite au Roi, comme en attestent quelques clichés postés sur la toile. L’homme d’affaires chinois a en effet déjeuné avec Philippe de Belgique mardi midi, a-t-on appris à bonne source.

De cet échange, il nous revient que les deux hommes ont discuté des opportunités que représente le pays d’une part, mais, aussi, d’intelligence artificielled’autre part, sujet qui passionne apparemment les deux concernés quant aux opportunités qu’offre la technologie pour le futur. Une rencontre cordiale de par les "bons contacts" qu’ils entretiennent après plusieurs rencontres successives (visite d’État en Chine, Davos, Laeken,…) ces dernières années.

 

En coulisse, certains pointent du doigt le fait qu’Alibaba aurait conditionné l’annonce de son nouveau centre de distribution à la signature d’un mémorandum d’entente ("MoU") quant au soutien de la Belgique à l’e-commerce et à sa promotion à l’international. Une demande s’inscrivant dans le cadre d’une invitation au pays à rejoindre l’Electronic World Trade Platform (eWTP), initiative privée qui entend favoriser la vente en ligne par la mise à disposition des PME d’infrastructures adéquates.

Interrogé sur ce point, l’entourage du Premier ministre réfute ce qu’il juge être une "intox complète", pour la simple et bonne raison, nous dit-on, que ce type de document a une valeur contractuelle en Europe, ce qui exclut de facto ce type de pratique, et ce, pour quelque gouvernement du Vieux Continent que ce soit.

Alors le contenu ne posait évidemment pas problème au niveau du fond, mais il est vrai qu’il aura tout de même fallu expliquer cet élément en amont de la rencontre du jour aux hauts gradés d’Alibaba, ce qu’ils ont "très bien compris", nous glisse une source proche du dossier. Et c’est tout.

Du reste, concernant un timing pour une annonce en bonne et due forme, l’on peut raisonnablement penser, au vu de la prise de position de Jack Ma, qu’une décision devrait tomber rapidement, même si pour l’heure, les négociations vont encore bon train entre les parties prenantes.

Décision de taille

Et pour cause, la décision est de taille pour Alibaba. Elle s’inscrit dans un processus de recherche de plus d’un an, confie-t-on du côté de Jack Ma, afin de déterminer la localisation des futurs centres de distribution du géant chinois. Si Liège, Hangzhou, Kuala Lumpur, Moscou et Dubaï font office de candidats potentiels, c’est dans l’optique, pour l’entreprise, de servir ses clients dans quelque 100 villes de par le monde, contre 30 encore actuellement.

Ce qui appuie la piste de la Cité ardente? Un contrat signé fin mai entre Cainiao, bras logistique d’Alibaba, et Liege Airport. L’entreprise a alors opté pour l’aéroport cargo dans l’idée d’en faire sa nouvelle destination de vols charters fret, décision qui devrait se traduire par une hausse des vols vers l’Asie sur le tarmac liégeois.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect