analyse

Le vaste plan de transformation de Carrefour a séduit le marché

©Bloomberg

Carrefour va supprimer 2.400 postes de son siège en France, qui en compte actuellement 10.500, via un plan de départs volontaires. Aucune fermeture de magasin n'est prévue, mais bien des cessions d'actifs. Pour la Belgique, c'est motus et bouche cousue. Il faut attendre jeudi et le conseil d'entreprise extraordinaire. Les syndicats tremblent. En Bourse, l'action a pris plus de 3% à la suite à l'annonce de ce "plan stratégique".

Le couperet est tombé: 2.400 postes vont être supprimés chez Carrefour en France; une facture qui pourrait grossir avec des salariés de l'enseigne Dia. La direction parle d'un plan de départs volontaires. Les négociations commenceront vendredi. Telle est l'une des annonces faites ce matin lors d'un conseil d'entreprise. Les autres annonces passent aussi par des réductions de coûts, des investissements massifs dans le digital, le "bien manger" et un partenariat stratégique en Chine.

→ En Bourse, l'action a grimpé de 3,22% pour terminer la journée à 19,06 euros.

♦ Et en Belgique?

Les salariés belges de Carrefour devraient être informés de leur avenir ce jeudi lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire. En fait, rien n'a filtré sur l'avenir de Carrefour en Belgique lors de cette grand-messe parisienne. "Le suspense malsain et tous les doutes restent permis en Belgique. C'est franchement dérangeant", regrette Myriam Delmée, vice-présidente du Setca.

Alors, quel sera l'impact du plan stratégique en Belgique? Lisez notre analyse ici

Le constat: manque d'évolution

Carrefour, c'est 12.000 magasins dans 33 pays. "Un tissu" développé tout au long des années et salué par le PDG. Il regrette juste un point: Carrefour a tardé à intégrer dans sa stratégie les mutations majeures. "Carrefour n'a pas suffisamment évolué avec ses clients", lance-t-il. Les mutations, il en compte trois: la concurrence boostée par les avancées technologiques, l'évolution accélérée des attentes des clients, et enfin des clients qui désormais exigent une assurance de la qualité de ce qu'il mange.

Alors, que va devenir Carrefour?

"J’ai une grande ambition pour Carrefour: devenir le leader mondial de la transition alimentaire en offrant à nos clients, tous les jours et partout, une alimentation de qualité, fiable, et à un prix raisonnable."

L'ambition d'Alexandre Bompard passe donc par un plan en 4 axes à l'horizon 2022:

Une organisation plus simple et ouverte

• Une organisation plus simple passera donc par la suppression de 2.400 de ses 10.500 salariés. Bompard l'assure, il n'y aura pas de départs contraints. Les suppressions d'emplois seront discutées dès ce vendredi avec les syndicats. Elles devraient commencer cet été pour se terminer début 2019. 
• Le développement de nouveaux partenariats est également à l'ordre du jour notamment avec le groupe Tencent en Chine: en ligne de mire des développements technologiques. Carrefour rappelle aussi le récent accord avec Fnac-Darty visant à mutualiser leurs achats dans les produits électroniques et électroménagers. Carrefour n'exclut pas non plus des partenariats au niveau des ventes, principalement dans le non alimentaire. "Nous voulons offrir la meilleure offre au client et cela impose parfois de travailler avec d'autres acteurs." 
• Une rationalisation des sièges du groupe en Ile-de-France. Pour le PDG, la lourdeur administrative du groupe est un frein.  "Le groupe a beaucoup trop alterné entre centralisation et décentralisation. Le groupe travaille actuellement sans synergie et sans complémentarité."
Exemples? Un simple catalogue de Carrefour doit passer par 27 étapes. Côté sièges, le groupe en dénombre 12 rien que pour l'île de France.

Double accord chinois

En plus de son plan stratégique, Carrefour annonce un double accord avec Tencent en Chine.

Tout d'abord, le géant de la distribution français a signé un protocole d'accord avec Tencent et Yonghui. Ceux-ci devraient investir dans Carrefour Chine (dont Carrefour demeurerait néanmoins premier actionnaire). Tencent fournirait un support technologique et Yonghui épaulerait la chaîne grâce à sa maîtrise des produits frais.

D'autre part, un protocole d'accord de coopération a été signé entre Tencent et Carrefour. Le but est d'améliorer la visibilité de Carrefour sur le net, d’accroître le trafic en ligne et en magasin et de développer de nouvelles initiatives de "smart retail".

Productivité et compétitivité accrue

• Carrefour veut investir dans "sa croissance". Pour cela il dégage une enveloppe annuelle de 2 milliards d'euros. Alexandre Bompard, son PDG, annonce ainsi des investissements dans la "compétitivité" commerciale et le développement de la marque. "2 milliards, c'est le bon niveau d'investissement. Mais nos investissements vont être plus sélectifs." Selon le patron, quelque 500 projets ont ainsi été abandonnés.
• Si le groupe investit, il resserre aussi sa politique de gestion des coûts: 2 milliards d'euros d'économie dès 2020. En ligne de mire: les frais de structure, les frais généraux et les achats. Le groupe a ainsi commencé de renégocier les prix avec les fournisseurs. Dans l'immobilier, Carrefour va ainsi céder dans les prochaines années quelque 500 millions d'actifs non stratégiques.  "2 milliards,c'est un montant financièrement soutenable et permettant un pilotage opérationnel."
• Et qui dit réduction des coûts dit aussi un volet fermetures: 273 magasins ex-Dia mettront la clé sous le paillasson. La priorité sera de retrouver un repreneur pour les magasins et ses 2.100 salariés. Dans le cas contraire, les sites seront fermés et la moitié du personnel recasé dans le groupe.

Promouvoir la distribution omnicanal

Devenir le leader de l'e-commerce est dans les tablettes du groupe. Mais Carrefour veut aussi s'ouvrir à l'"univers de l'omnicanal". Certes Alexandre Bompard reste convaincu de la valeur du format hypermarché. Il annonce néanmoins que pour certains sites une réduction de la taille par rapport à la zone d'achalandise est prévue. Au total, on parle de 100.000 m². Cinq magasins passeront sous gérance mais aucune fermeture n'est prévue. Doit-on voir cette affirmation comme une bonne nouvelle pour la Belgique où la rentabilité des hypermarchés est à la traîne?
Pour le non alimentaire, les hypermarchés vont continuer avec des produits saisonniers. L'art de la table fonctionne bien aussi, comme la puériculture. Pour le reste, le groupe visera des partenariats comme avec Fnac Darty en matière d'achat, et d'autres enseignes pour éventuellement les implanter dans les hypermarchés Carrefour.   

• 2.000 magasins de proximité vont apparaître dans les 5 prochaines années. Ils seront situés dans les métropoles du monde entier
• Le format "Cash & Carry" va être davantage développé en France, mais aussi au Brésil et en Argentine
• Le canal digital va bénéficier d'une enveloppe de 2,8 milliards d'euros d'ici 2022
• Le e-commerce "alimentaire" devrait à l'horizon 2022 afficher un chiffre d'affaires de 5 milliards d'euros. "C'est 6 fois plus qu'aujourd'hui, avec quelque 560 millions annuellement prévus." Quant au site d'e-commerce, il devrait être unique là où aujourd'hui, le groupe compte 8 sites d'e-commerce et 14 applications.

La qualité de l'offre

"Carrefour est le seul acteur suffisamment puissant et présent pour rendre possible la transition alimentaire; et ce sur tous les territoires où nous sommes présents", ajoute le PDG. "La sécurité alimentaire doit être une priorité absolue".

•  Carrefour vise un million de consommateurs français supplémentaires dans ses rayons de produits frais d'ici 2022. "Le frais est le premier poste où le client nous juge". La vigilance sera donc une priorité (un plan agroécologique pour veiller à supprimer un maximum de pesticides, un accent sur la pêche durable, une production accrue de 50%.
• Un chiffre d'affaires des produits frais traditionnels triplé par rapport au reste de l'alimentaire.
• Un secteur bio qui dépasse les 5 milliards de chiffres d'affaires en 2022. "Je veux que Carrefour devienne le leader de la démocratisation du bio"
• Un boost des produits de la marque Carrefour, qui devraient atteindre un tiers du chiffre d'affaires en 2022.

©Bloomberg

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect