Les e-shops belges veulent devenir le premier centre commercial solidaire

En mars 2020, Les e-shops belges avaient commencé l'aventure sur une simple page Facebook. Aujourd'hui, le site et ses quelque 1.000 commerçants passent à la vitesse supérieure.

Lancée en plein confinement pour promouvoir le commerce en ligne belge, le site Les e-shops belges veut assurer sa pérennité. Il lance ainsi une campagne de financement dans l'objectif de lever 300.000 euros.

Coup d'accélérateur pour Les e-shops belges. L'aventure avait commencé en mars 2020 alors que la pandémie forçait les commerces à la fermeture.

Pour permettre à ces indépendants et TPE de continuer d'exister, de survivre face aux mastodontes du commerce en ligne, trois femmes lancent Les e-shops belges avec un mot d'ordre: le référencement est gratuit en échange de promotion de la plateforme sur les réseaux.

Le site compte désormais quelque 1.000 enseignes en ligne. Le week-end du 1er novembre, il a connu un pic de plus de 50.000 visites. Ce succès pousse les fondatrices à passer à la la vitesse supérieure en professionnalisant davantage la plateforme.

Pour les trois entrepreneuses, vu "l’évolution fulgurante du commerce en ligne, il est essentiel de s’organiser au niveau national, afin qu’une majorité des transactions puisse être faite en Belgique."

"Vu l’évolution fulgurante du commerce en ligne, il est essentiel de s’organiser au niveau national, afin qu’une majorité des transactions puisse être faite en Belgique."
Les fondatrices

Des fonds pour l'avenir

Nathalie Ceter, Laurence Verset et Théodora Greindl se lancent donc à la recherche d'investisseurs privés. Un recours au crowfunding n'est pas exclu. Leur ambition est de lever quelque 300.000 euros.

300.000
euros
Nathalie Ceter, Laurence Verset et Théodora Greindl les fondatrices des e-shops belges se lancent à la recherche d'un financement de quelque 300.000 euros.

"Le financement va être lancé dans les prochains jours, car nous voulons commencer au plus vite le développement de la plateforme afin d'être prêt en septembre et être d'attaque pour les fêtes de fin d'année."

Une fois le site mis en place, Théodora Greindl ajoute que le projet devrait s'autofinancer.

Objectif: 6.000 adhérents

Un business plan a ainsi été constitué avec des ambitions fortes. D'ici maximum 5 ans, Les e-shops belges visent quelque 6.000 commerces en ligne. Une étude de Test Achats affirme que la Belgique regorge de quelque 29.000 commerçants en ligne et ce nombre ne fait que gonfler.

Le site, lui, va évoluer vers un site en trois langues (FR/NL/EN) et une navigation plus simple constituée de catégories, d'un moteur de recherches efficace et de choix en fonction de critères géographiques, promotion, coûts de livraison...

Le consommateur pourra pour sa part se créer un compte, des favoris et bénéficier de promotions ou d'un programme de fidélisation.

"Notre but est de voir cette plateforme devenir le premier centre commercial, 100% belge, 100% digital dans une logique solidaire."

Le consommateur pourra faire ses courses ou simplement s'adonner à du "lèche vitrine". Les enseignes y seront présentée sous forme de vignettes.

Des services en plus

Et qu'en est-il pour le commerçant? Depuis leur apparition sur Les e-shops belges, certains se targuent d'un trafic jusqu'à 70% supérieur. Ils soulignent aussi le réel soutien qu'a été ce site durant la période de crise.

"Nous souhaitons maintenir une adhésion gratuite pour les commerçants car la présence pour tous sur notre plateforme reste une priorité."
Théodora Greindl
Fondatrice

"Nous souhaitons maintenir une adhésion gratuite pour les commerçants, car la présence pour tous sur notre plateforme reste une priorité", poursuit Théodora Greindl. Cette adhésion gratuite comprend la présence d'une vignette d'identification avec une courte description et deux photos modifiables une fois par mois

Néanmoins, des services supplémentaires, payants cette fois, seront proposés comme la modification régulière des informations, l'affichage d'un code promotionnel, des publications sur les réseaux sociaux, une assistance technique, voire la mention du commerce dans la newsletter des e-shops belges.

Une équipe renforcée

Notons encore que les trois comparses restent aux commandes, mais seront accompagnées d'externes aux profils différents: développement web, gestion des réseaux sociaux, relation client, prospection d'entreprises ou encore marketing. Une partie des fonds levés sera en effet destinée à la mise ne place d'une stratégie de communication et de marketing.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés