Publicité
Publicité

Les magasins belges de The Body Shop repris par un fonds allemand

Véritable institution au Royaume-Uni avec ses 200 points de vente (ici, le magasin de Regent Street, au centre de Londres), la chaîne The Body Shop amorce une débâcle qui risque bien de toucher la vingtaine de magasins belges. ©AFP

Les filiales britannique et allemande de The Body Shop ont déposé le bilan. Les magasins belges, qui dépendent de la filiale française, seraient repris par le fonds allemand Alma24.

L'effet domino de la débâcle de la chaîne britannique The Body Shop touchera-t-il la Belgique? Le vent du boulet n'est pas passé très loin. Après le dépôt de bilan des filiales allemande et britannique la semaine dernière, voilà que la filiale française, qui chapeaute aussi la vingtaine de points de vente belges et une trentaine de magasins aux Pays-Bas, se trouve à son tour prise dans la tourmente.

Le fonds Alma24 ne reprendrait que quatre marchés européens: l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique et le Luxembourg.

Publicité

Mais l'incertitude plane surtout sur les magasins néerlandais et français. Selon le magazine spécialisé français LSA, le fonds allemand Alma24 devrait en effet racheter les activités en Belgique et au Luxembourg, soumises à une réorganisation judiciaire. Le gestionnaire de ce fonds, lié à son compatriote Aurelius, propriétaire de The Body Shop depuis novembre dernier, ne reprendrait que quatre marchés européens: l'Allemagne, l'Autriche et, selon LSA, la Belgique et le Luxembourg.

243
millions d'euros
Racheté pour un milliard d'euros par Natura Cosméticos à L'Oréal, The Body Shop a été revendue en novembre au quart de son prix d'achat au fonds allemand Aurelius.

Reste à voir dans quelles conditions la reprise s'opérera. Selon le quotidien britannique The Guardian, les 50 employés de la vingtaine de magasins belges auraient été informés vendredi dernier des menaces pesant sur leur activité. Une réorganisation complète pourrait suivre le rachat par Alma24. Le flou règne donc sur les conditions de la reprise des activités belgo-luxembourgeoises et sur le sort des magasins dans les pays non repris par Alma24. Leur avenir est lié au règlement de la faillite au Royaume-Uni.

Une enseigne en déclin

Cela fait quelque temps déjà que l'enseigne britannique, bien connue pour son positionnement sensible à l'environnement, nage en eaux troubles. Fondée en 1976 par Anita Roddick, The Body Shop avait été rachetée trente ans plus tard, au sommet de sa renommée, par le géant français des cosmétiques L'Oréal, lequel avait dépensé pour la cause 940 millions d'euros. Ce dernier était plus ou moins rentré dans ses frais en revendant en 2017 l'entreprise au groupe brésilien Natura Cosméticos pour un milliard d'euros.

Depuis lors, la valeur de l'enseigne n'a fait que décliner, jusqu'à contraindre Natura Cosméticos à lâcher The Body Shop au quart de son prix d'achat au fonds allemand Aurelius. Qui a donc à son tour décidé d'arrêter les frais en revendant la plupart des activités de The Body Shop en Europe continentale et dans certaines régions d'Asie. Ont alors suivi les dépôts de bilan de la filiale britannique (200 magasins et 2.200 salariés) puis allemande (environ 60 magasins).

Coïncidence? Le site internet de The Body Shop en France, en Belgique et aux Pays-Bas est actuellement inaccessible pour cause de... maintenance.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.