Les magasins Gamma passent en mains néerlandaises

©rv

La chaîne néerlandaise Intergamma reprend à CRH les 155 sites Gamma au Pays-Bas et en Belgique. Une acquisition qui n'est pas sans heurts au sein de l'actionnariat d'Intergamma.

Il y a un an, le groupe de construction irlandais, CRH, affichait sa volonté de se défaire de ses 155 magasins de bricolage, Gamma. L'enseigne est présente aux Pays-Bas mais aussi en Belgique. Aujourd'hui, il a trouvé acquéreur en la personne de la maison-mère de la chaîne, la Néerlandaise Intergamma. Gamma est en effet un réseau de magasins franchisés. En d'autres termes, ces magasins appartiennent à des sociétés indépendantes, dont jusqu'ici CRH.

De son côté, Intergamma est le propriétaire de la marque Gamma et prend en charge le marketing et les achats de produits. Intergamma gère aussi 10 des 386 sites néerlandais et belges.

510 millions et des oppositions

L'acquisition des magasins par le Néerlandais porte sur un montant de 510 millions d'euros. Une somme rassemblée auprès des autres gérants de Gamma.

Et c'est là que le bât blesse. Parmi ces autres gérants, le groupe français Bourrelier. Il compte en portefeuille 75 magasins Gamma. Il s'est tourné vers les tribunaux et demande 22 millions à Intergamma. Un montant entre-temps revu à la hausse à 40 millions d'euros. Le Français affirme ne pas comprendre pourquoi il doit contribuer à cette acquisition alors qu'il n'aura aucun droit sur ces magasins. Ceux-ci seront pris en charge par une nouvelle fondation composée d'administrateurs nommés par Intergamma.

L'actionnariat d'Intergamma est donc scindé en deux clans:

Intergamma Holding BV, une société fraîchement créée, et tous les actionnaires qui soutiennent la direction
→ Le groupe Bourrelier et les autres actionnaires opposés à cette acquisition et qui sont logés dans l'ancienne société Intergamma BV, explique Bernard Thuysbaert de Deminor qui défend le groupe français. "La direction d'Intergamma ne sait pas encore comment elle va gérer les huit actionnaires opposés à l'opération. Mais ceux-ci devront veiller à ne pas contribuer à l'acquisition." 

Intergamma n'était pas disponible pour un quelconque commentaire.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content