Publicité

Les magasins Hema devraient rester néerlandais

©BELGA

C'est l'homme d'affaires batave, Marcel Boekhoorn, qui devrait s'emparer de la chaîne Hema. Il ambitionne d'en faire une marque mondiale et financièrement solide. Pour l'heure, l'opération n'est pas encore clôturée. "Nous sommes en plein dans les négociations."

Un nouveau propriétaire pour Hema. On avait cru un instant que pour 1 milliard d'euros, la chaîne néerlandaise deviendrait belge. Mais en juin dernier, l'investisseur bruxellois Core Equity Holdings mettait fin aux négociations. Il semblerait que cet échec soit dû à la position de Core Equity vis-à-vis des franchisés et du commerce en ligne.

Au final, Hema devrait donc rester néerlandaise. C'est l'homme d'affaires batave, Marcel Boekhoorn, qui, via sa société d'investissements Ramphastos Investments, va sortir l'enseigne du giron de Lion Capital. Le montant de la transaction n'a pas été dévoilé. L'opération en tant que telle avait, elle, été publiée sur le site internet d'Hema avant d'être retirée. "L'opération n'est pas totalement clôturée et nous sommes encore en plein dans les négociations", précise l'acheteur passablement énervé par cette fuite. 

La direction d'Hema indique de son côté que sous l'impulsion de son nouveau propriétaire, elle pourra dans les prochaines années entièrement se concentrer sur les investissements dans ses marchés domestiques (Pays-Bas et Belgique), sur la croissance des ventes en ligne, l'expansion internationale et l'amélioration des marges bénéficiaires. Cette reprise devrait également profiter aux magasins sous franchise. "C'est le meilleur scénario pour Hema, nos clients, collaborateurs et franchisés", a réagi le CEO, Tjeerd Jegen.

Marcel Boekhoorn parle d'Hema comme d'une enseigne emblématique avec de belles opportunités internationales. "Aux Pays-Bas aussi, il y a encore des possibilités de croissance. Cette reprise s'inscrit dans notre volonté de voir cette entreprise croître. Avec les équipes d'HEMA et ses franchisés, nous voulons faire d'Hema une marque mondiale." Reste donc à aposer les dernières signatures sur le deal.

Discussions avec les franchisés

Dès le stade précoce des discussions, Hema, Ramphastos et le VAB ont abordé la question des franchisés et du commerce électronique. Hema et le VAB se sont dits conscients que seule la coopération permettra d'avancer. Toutes les affaires judiciaires en cours ont ainsi été retirées, de même que l'annulation des contrats de franchise.

Quant à Ramphastos Investments, il ambitionne dans les prochaines années d'oeuvrer à la réduction de l'endettement de l'enseigne. Selon la télévision publique néerlandaise NOS, le montant total des dettes s'élève à 750 millions d'euros.

L'opération a reçu l'aval du comité d'entreprise d'Hema. Elle doit toutefois encore passer le cap des autorités de la concurrence.

Ramphastos Investments a en portefeuille une trentaine de sociétés de secteurs variés. La société y détient dans la plupart des cas une participation majoritaire.

La chaîne néerlandaise possède plus de 750 magasins dans neuf pays, dont la Belgique, la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne, et emploie plus de 19.000 personnes. Lion Capital avait racheté Hema en 2007 au groupe Maxeda, propriété notamment du fonds d'investissement américain KKR, pour plus d'un milliard d'euros.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés