Les produits Nestlé vont-ils retrouver les rayons de Colruyt?

©BELGA

Plusieurs groupes de distribution, dont Colruyt, avaient supprimé des rayons les produits de Nestlé sur fond de divergence sur les prix. Un accord semble avoir été trouvé pour certaines enseignes. Colruyt parle de discussions "en bonne voie".

Fin du bras de fer entre Nestlé et les distributeurs? Le géant agroalimentaire serait parvenu à un accord sur les prix de ses produits avec l'Allemand Edeka.

Début avril, Edeka, la première enseigne de supermarchés, avait comme d'autres enseignes demandé à ses magasins de réduire leurs achats de produits du groupe suisse, marquant une nouvelle étape dans le combat qu'il opposait au géant de l'agroalimentaire.

La semaine dernière, le groupement européen d'achats AgeCore, qui compte le Belge Colruyt, le Français Intermarché, le Suisse Coop, l'Italien Conad, l'Espagnol Eroski mais aussi Edeka, était parvenu à un accord provisoire. "Les responsables de Nestlé sont prêts à faire des concessions sur des points importants, reste à savoir si le deal dans sa forme actuelle est acceptable" entendait-on alors.

Ni Edeka, ni Nestlé n'ont souhaité s'exprimer.

Le différend entre les deux groupes témoigne des tensions qui opposent la grande distribution européenne et ses fournisseurs dans un contexte d'évolution des goûts des consommateurs et de concurrence croissante du commerce en ligne.

Il y a quelques semaines, Colruyt avait ainsi indiqué qu'il sortait de ses rayons au moins 18 produits de Nestlé, parmi lesquels les marques Nescafé et Maggi, les barres chocolatées Lion, les aliments pour bébé Nestlé ou encore la poudre de cacao Nesquick. Auparavant, Colruyt avait aussi renoncé à vendre des produits de Pepsico.

Le groupe affirme aujourd'hui pour sa part, que les négociations avancent bien mais qu'il n'y a pas encore d'accord définitif. "Pour cette raison, nous ne souhaitons pas communiquer davantage en ce moment", indique Hanne Poppe, porte-parole.

Nestlé, après avoir enregistré en 2017 la plus faible croissance de ses ventes en deux décennies, subit de son côté la pression de ses actionnaires qui attendent une hausse de ses marges.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content