Louis Delhaize perd près d'un milliard d'euros

©Photo News

Des dépréciations d’actifs et des restructurations en France ont pesé sur les comptes du groupe de distribution franco-belge, Louis Delhaize. L’exercice 2018 se solde par une perte de 929 millions d’euros.

Les temps sont durs pour le groupe Louis Delhaize. L’exercice 2018 s’est en effet soldé par une perte sèche de 929 millions d’euros. Le résultat opérationnel est lui aussi largement dans le rouge, à -833 millions. Il était positif de 204 millions d’euros en 2017.

En cause, essentiellement: des dépréciations du goodwill chez Cora France, les coûts de restructuration provisionnés chez Cora France et Supermarchés Match France et des charges financières liées au règlement de litiges en Roumanie.

Chez nous, les supermarchés Match et les hypermarchés Cora ont bouclé l’exercice 2018 dans le rouge.

"Les incertitudes économiques et financières ont continué à peser sur la consommation, en particulier sur le secteur non alimentaire", explique le groupe Louis Delhaize. Les revenus du groupe restent néanmoins stables à 8,7 milliards d’euros.

Le poids de cette brusque dégradation comptable repose essentiellement sur la France, où Louis Delhaize détient la grande majorité de ses hypermarchés Cora. Outre-Quiévrain, le groupe familial franco-belge a notamment pâti des actions des gilets jaunes, qui ont affecté le chiffre d’affaires, la marge et l’excédent brut d’exploitation (ebitda).

Concurrence et consommation

En Belgique, l’année 2018 se solde par une baisse sensible du chiffre d’affaires. Louis Delhaize incrimine une "consommation peu dynamique" et "un environnement concurrentiel soutenu".

"Nous sommes sur la bonne voie, d’autant que l’alliance avec la centrale d’achats de Carrefour, qui permet au groupe Louis Delhaize de s’accrocher à la deuxième centrale d’achats du pays, ne prend corps qu’en 2019."
Olivier Haller
CEO de Cora Belgique-Luxembourg

Tant les supermarchés Match que les hypermarchés Cora ont bouclé l’exercice 2018 sur une perte. Elle s’est alourdie chez Match (de -13,1 millions à -14,2 millions d’euros) et allégée chez Cora (de -19,4 millions à -17,8 millions d’euros).

"Nous sommes sur la bonne voie, d’autant que l’alliance avec la centrale d’achats de Carrefour, qui permet au groupe Louis Delhaize de s’accrocher à la deuxième centrale d’achats du pays, ne prend corps qu’en 2019", nous disait début juin le CEO de Cora Belgique-Luxembourg, Olivier Haller.

Le patron de Cora Belux l’assure, il n’y a pas de restructuration en vue dans les sept hypermarchés belges du groupe, qui sont encore "en phase de revalidation". Reste à voir si son ambition de voir les comptes de Cora revenir dans le vert en 2021 pourra être assouvie.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect