Publicité

Makro gonfle ses revenus et réduit sa perte d'un tiers

La crise du Covid a gonflé les revenus des 6 Makro belges de 5,4%. Mais ils restent dans le rouge. ©BELGA

La crise du Covid-19 a pesé de manière contrastée sur les magasins belges du groupe allemand Metro. Makro a gonflé leurs revenus, Metro paie l'arrêt de l'horeca.

Une amélioration significative du résultat, toujours teinté de rouge: ainsi peut-on résumer l’exercice 2020 (clôturé le 30 septembre) des enseignes belges de Metro. La filiale belge du groupe allemand est en effet parvenue à ramener sa perte de 66 millions d'euros en 2019 à 44 millions d’euros l'an dernier.

Celle-ci est imputable aux 6 Makro. Les 11 magasins Metro, réservés aux professionnels de l'horeca, sont en effet bénéficiaires. Vincent Nolf, le CEO de Makro et de Metro Belgium, pose un diagnostic sans fard. "Même pendant les mois de forte croissance (+15%) durant le premier confinement, Makro n'est pas revenu dans le vert, ce qui prouve qu'il y a un problème structurel", dit-il.

444,4
millions €
Makro a bouclé l'exercice 2020 avec un chiffre d’affaires en hausse de 5,4% à 444,4 millions d’euros.

Depuis 2019, le chiffre d’affaires de Makro est stabilisé. Comme les autres enseignes du pays, celle-ci a bouclé l'exercice 2020 avec un chiffre d’affaires en hausse de 5,4% à 444,4 millions d’euros.

Le chiffre d'affaires des 17 magasins belges (1.900 équivalents temps plein) recule de 4,3% à 706,4 millions d'euros. Pour Metro, la fermeture de l'horeca a pesé lourd. "Entre octobre 2019 et février 2020, les revenus ont progressé de 3 ou 4%, raconte Vincent Nolf. Puis il y a eu le premier confinement. Le chiffre d’affaires a alors plongé de 50%, avant de remonter. Au final, il ne baisse que de 13% à 262 millions d’euros. Mais Metro a gagné en part de marché, passant de 10 à 15%."

Différenciation

Pour son CEO, la stabilisation à la hausse du chiffre d'affaires de Makro est le résultat de la nouvelle stratégie commerciale mise en place fin 2018. "Nos 6 magasins sont toujours plus éloignés de la clientèle que les concurrents. Il fallait donc relancer une différenciation que Makro avait perdue", dit-il.

Makro est donc revenu à son ADN, en créant notamment un concept de "work centre" combinant bricolage, jardin et construction et lui donnant une touche plus professionnelle, en visant les collectivités et en misant sur l’ultrafrais pour appâter les amateurs de cuisine.

Si la stratégie commerciale s'avère payante, il reste un problème structurel. Selon Vincent Nolf, les mesures prises dans le cadre de la restructuration de l'été 2020 (non-renouvellement de contrats temporaires, plus grande polyvalence du personnelécrémage de l'offre...) commencent à porter leurs fruits.

"Il n’y a donc aucune garantie de pouvoir obtenir de nouvelles augmentations de capital dans le futur."
Vincent Nolf
CEO de Makro et de Metro Belgium

L'actionnaire allemand vient de réinjecter 23 millions d’euros de capitaux frais. "Mais la crise du Covid affecte fortement tout le groupe Metro. Il n’y a donc aucune garantie de pouvoir obtenir de nouvelles augmentations de capital dans le futur", prévient Vincent Nolf.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés