Peter Agnefjäll, l'ex-roi du meuble en kit est un retailer pur sang

Selon l'actuel président d'Ahold Delhaize, Peter Agnefjäll possède l'expérience, le leadership et la connaissance de l'omnicanal et du commerce électronique. ©REUTERS

À la tête du groupe Ikea pendant cinq ans, le Suédois Peter Agnerfjäll succèdera le 1er janvier à Jan Hommen à la présidence d'Ahold Delhaize.

Un Suédois à la présidence d'Ahold Delhaize. Jadis roi du meuble en kit, Peter Agnefjäll succèdera en effet le 1er janvier prochain à Jan Hommen à la tête du conseil d'administration du groupe de distribution.

"Peter possède une vaste expérience de la vente au détail, un leadership et une connaissance de l'omnicanal et du commerce électronique", affirme Jan Hommen pour expliquer cette nomination. Ajoutons aussi que les Pays-Bas ne lui sont pas inconnus. La ville de Delft abrite le siège social d'Ikea. Il y résida en famille tout au long de son "règne" chez Ikea.

Un pur retailer

Une maîtrise en "Business administration" en poche, il rejoint le programme de stagiaires d'Ikea en 1995. De promotion en promotion, en passant par le poste d'assistant du fondateur Ingvar Kampra, Peter Agnefjäll atteint le sommet en 2013.

Le retail, il semble l'avoir dans le sang. Petit, il aide son père à la tête de plusieurs grands magasins dans la ville du sud de la Suède, Malmö. "Je lui ai appris que le client était la personne la plus importante. Que s'il fallait avoir les bons produits, il fallait aussi offrir le prix que souhaite le client", déclarera par la suite jour le père du chef d'entreprise.

L'homme et son équipe

Peter Agnefjäl a dirigé le magasin Ikea de Padoue sans parler un seul mot d'italien. Et pourtant, sa première action fut de transformer son bureau en salle de réunion pour pouvoir s'asseoir avec ses équipes.

Il en tira un enseignement particulier: "les Italiens boivent leur café dans les tasses Ikea pour enfant, plus adaptées aux espresso." Quant à la langue, il limitera à l'essentiel: "si", "no", "buono" et "male".  

Si, en se lançant dans les études, il veut prendre ses distances avec le secteur, ce dernier se rappelle vite à lui. Peu tenté par la reprise de l'entreprise familiale, c'est la voie d'Ikea qu'il choisit. 

Sa démission en septembre 2017 surprend tout le monde. "Après 22 années fantastiques", l'homme affirme vouloir retourner sur ses terres de Malmö et passer du temps avec sa famille. Du meuble en kit, il passe dans le secteur de l'équipement pour golf.

Il n'a donc jamais réellement quitté le secteur du retail. On l'a vu au conseil d'administration du fournisseur de biens de consommation coté à Oslo, Orkla, ou à celui de la compagnie aérienne low cost hongroise Wizz Air. Il apporte aussi son expertise à l'enseigne allemande spécialisée dans la chaussure, Deichmann.

En avril 2019, il devient administrateur d'Ahold Delhaize.

Homme de valeur

Chez Ikea, groupe multiculturel, il rappelait la nécessité de travailler activement sur les valeurs d'une entreprise; de les intégrer tant au niveau du recrutement que du développement interne des salariés et des cadres. "Je crois vraiment en l'être humain et je crois que ce sont les hommes et les équipes qui orientent une entreprise"; une vision qu'il devrait pouvoir appliquer aussi à Ahold Delhaize, tout aussi international.

L'homme au coeur... rouge

A l'époque où Peter Agnefjäll cherchait à développer l'offre pour les enfants, Ikea a dû cesser la vente d'un ours en peluche dont les yeux risquaient d'être avalés. Plutôt qu'abandonner le fournisseur au prix de 600 emplois, il a envoyé un de ses designer à l'usine. Résultat: le fameux coussin cœur rouge avec les bras attachés. Devenu un best-seller, le fournisseur a dû doubler ses effectifs.

Le développement numérique d'Ikea, autre point de sa "to do list", était, disait-il, indispensable à une croissance durable.

Enfin dernière préoccupation: l'aspect environnemental. Son approche chez Ikea intégrait la garantie faite aux clients que les produits alliaient fonctionnalité, design, et qu'ils étaient conçus pour durer avec un impact positif net sur l'environnement. "Le simple à la limite de la faute, avec un zeste de sagesse populaire", cher aussi à Ingvar Kampra.

Pas 100% Ikea

La famille Agnefjäll qui a, à la nomination de Peter, emménagé aux Pays-Bas, siège social du groupe Ikea, reconnait que la maison ne regorge pas à 100% de meubles en kit, mais quand même en grande partie. "Les amis qui viennent dîner chez, nous apportent souvent des objets autres que ceux vendus chez Ikea pour nous taquiner. Et nous n'arrivons jamais à nous en séparer."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés