Pour Tesco, la reprise est vigoureuse

Le numéro un britannique de la distribution a fait bien mieux qu'attendu sur les six premiers mois de l'année.

Tesco, le numéro trois mondial de la grande distribution, constate une nette reprise de l'économie mondiale et estime que la croissance des marchés émergents devrait empêcher les économies développées de retomber dans la récession.

Le groupe britannique, qui a battu le consensus avec une hausse de 14% de son bénéfice courant au premier semestre, a également dit mardi espérer un retour à l'équilibre en 2012-2013 de sa filiale américaine déficitaire Fresh & Easy.

"Mon premier constat porte sur l'économie mondiale qui connaît une reprise plutôt vigoureuse", a déclaré le directeur général de Tesco, Terry Leahy, dans une interview téléphonique à Reuters.

Prié de dire si des économies développées telles que la Grande-Bretagne pourraient retomber dans la récession, il a répondu : "Je ne pense pas que ce sera le cas. Si vous regardez du côté de l'état d'esprit des consommateurs et du pouvoir d'entraînement des marchés en développement, je pense qu'ils vont entraîner l'Europe et les Etats-Unis vers une reprise stable et établie."

Tesco, qui exploite plus de 4.800 magasins dans 14 pays, a fait état d'un bénéfice avant impôt et éléments exceptionnels de 1,79 milliard de livres sterling (2,07 milliards d'euros) sur les 26 semaines au 28 août, soutenu par la croissance en Asie, les gains de productivité, des transactions immobilières et le recul du coût des intérêts.

Les analystes financiers interrogés par Reuters anticipaient en moyenne un bénéfice de 1,7 milliard de livres.
Toutefois, le bénéfice commercial, qui exclut les transactions immobilières, a été conforme au consensus avec une hausse de 9,1%, et la croissance des ventes en Grande-Bretagne, où Tesco réalise deux tiers environ de ses ventes et de ses profits, reste ralentie.

Le distributeur, numéro trois mondial derrière l'américain Wal-Mart et le français Carrefour, a publié un chiffre d'affaires semestriel pour l'ensemble du groupe en hausse de 7,1% hors TVA, à 29,8 milliards de livres, alors que le consensus ressortait à 30,1 milliards.

Les ventes de ses magasins britanniques ouverts depuis au moins un an ont progressé de 0,4% au deuxième trimestre de l'exercice, hors carburants et variations de la TVA. Ce chiffre, conforme aux estimations des analystes, marque une accélération par rapport à la hausse de 0,1% seulement enregistrée sur le trimestre précédent.
.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés