Retarder les soldes pour éviter des faillites et sauver l'emploi

Les libéraux flamands proposent d'organiser les soldes du 15 août au 14 septembre. ©BELGA

D'après le parlementaire libéral flamand Egbert Lachaert, maintenir le début des soldes au 1e juillet provoquerait de nombreuses faillites. Mais, dans le secteur de l'habillement, certains affirment que plus tôt on commencera les soldes, mieux ce sera pour écouler les stocks d'hiver.

Faut-il reporter la période des soldes estivales au mois d'août? La demande a été lancée notamment par 78 marques et détaillants du secteur belge de la mode.

15
août
Egbert Lachaert propose une période de soldes allant du 15 août au 14 septembre.

Du côté de la ministre fédérale de l'Économie Nathalie Muylle, la mesure est aussi vue de façon positive. Dans l'émission De Zevende Dag (VRT), la ministre a indiqué que le gouvernement prendra des dispositions en ce sens dans les semaines à venir. Elle ajoute toutefois qu'un report des soldes d'été nécessiterait aussi d'envisager un report des soldes d'hiver, en raison de leur proximité.  

Le ministre Denis Ducarme (MR), en charge des Indépendants, doit aussi valider la mesure, mais il s'est déjà prononcé en faveur d'un tel report. Quant à l'Open Vld, il a décidé d'aller un pas plus loin. Par la voix de leur chef de groupe à la Chambre, Egbert Lachaert, les libéraux flamands ont déposé un projet de loi visant le report du début des soldes estivales au 15 août. 

Éviter la catastrophe

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Pour Egbert Lachaert, maintenir les soldes au 1er juillet, c'est risquer de voir de nombreux magasins faire faillite avec des répercussions sur des centaines d'emplois. "En reportant les soldes d’été, nous voulons donner une perspective aux magasins de vêtement", indique-t-il. "En ne commençant pas les soldes le 1er juillet, mais du 15 août au 14 septembre, on offre un tampon financier supplémentaire à de nombreux petits travailleurs indépendants, cela peut faire la différence entre survivre ou juste sortir la tête hors de l'eau."

À cause de la fermeture forcée des magasins pour empêcher la propagation du virus, les enseignes se retrouvent avec des stocks importants. Lancer les soldes le 1er juillet reviendrait à vendre ces stocks à perte, insiste Egbert Lachaert.

Voix discordantes

"Les pulls à manches longues ne se vendent plus lorsqu'il fait 30 degrés. Même si vous accordez une remise de 90% en août, vous resterez avec vos pulls."
Luc Van Mol
patron de la chaîne ZEB

Une position qui satisfait les 78 signataires d'une lettre ouverte (parmi lesquels JBC, Brantano, Natan, CKS, ...). Ils demandaient déjà, fin de semaine dernière, que les soldes commencent au minimum un mois plus tard. Autre souhait: que les soldes de bouche-à-oreille et le système de vente liée soient supprimés et remplacés par une période d'attente comme avant, avec, comme date de début, la réouverture des magasins physiques.

Pourtant, tous ne partagent pas cet avis. Luc Van Mol, à la tête de la chaîne de vêtements ZEB, qualifie, lui, l'éventuel report des soldes "d'erreur professionnelle majeure". Il argumente que si les vêtements n'ont pas de date de péremption comme les produits alimentaires, ils s'inscrivent toutefois dans des collections qui ont la vie courte. "Les pulls à manches longues ne se vendent plus lorsqu'il fait 30 degrés. Même si vous accordez une remise de 90% en août, vous resterez avec vos pulls."

Pour lui commencer au plus vite la période de soldes est la seule façon de pouvoir se défaire du stock actuel de la collection hiver 2019. "Avec cet argent frais, les magasins pourraient se permettre d'acheter la nouvelle collection", a-t-il aussi déclaré dans De Zevende Dag.

Il ajoute aussi que, dans un monde virtuel sans frontières, en cas de report des soldes les Belges se tourneront vers les ventes en ligne auprès des acteurs étrangers tels que Amazon ou Zalando. Il soupçonne aussi les petits magasins de tenter d'échapper aux obligations légales en matière de ventes à rabais via, notamment, des procédés de ventes liées.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés