Sévère critique pour Ahold Delhaize avant ses résultats trimestriels

©BELGA

Le courtier Berenberg entame le suivi de l’action Ahold Delhaize en conseillant de la vendre. Selon lui, le nouveau patron, Frans Muller, doit décider d’urgence d’investir davantage dans les activités du distributeur outre-Atlantique.

Ahold Delhaize  perdait environ 3% en Bourse ce midi. L’action enregistre ainsi la plus nette baisse de l’indice AEX de la Bourse d’Amsterdam. En cause, une note du courtier Berenberg dans la perspective de la publication des résultats du deuxième trimestre du groupe de distribution demain, mercredi, à 7h.

Pour Dusan Milosavljevic et son équipe d’analystes qui entament le suivi de l’action du groupe belgo-néerlandais chez Berenberg, Ahold Delhaize a "gravement sous-investi" dans ses activités aux Etats-Unis alors que la compétition y accélère à un rythme sans précédent.

D’après eux, le distributeur doit investir "d’urgence" 1,6 milliard d’euros dans sa politique de prix et l’organisation de ses magasins qui seraient largement inférieures à celles de ses concurrents, tout comme la satisfaction des clients.

En conséquence, Berenberg estime qu’il faut "vendre" l’action. Le courtier voit l’action retomber à 18,20 euros d’ici un an, contre un cours de plus de 21 euros actuellement.

Concurrence des hard discounters

Pour l’ensemble des analystes qui suivent le titre, l’objectif de cours moyen est de 21,25 euros. Dix-sept d’entre eux le conseillent à l’achat, dix recommandent de le conserver et, outre Berenberg, trois autres estiment qu’il vaut mieux le vendre.

Dans sa note, Berenberg se montre particulièrement préoccupé par la concurrence provenant des distributeurs à bas prix et de la vente par internet. Selon le courtier, l’expansion de Lidl et Aldi va directement affecter les marges d’Ahold Delhaize, tandis que ce dernier sera aussi confronté aux investissements de ses concurrents dans les débouchés en ligne, dont Amazon et Wal-Mart devraient sortir gagnants, estime-t-il.

Berenberg pense aussi que le synergies issues de la fusion entre Ahold et Delhaize ont déjà été en grande partie effectuées. Dès lors, le courtier juge qu’investir aux Etats-Unis est "un point de départ essentiel pour le nouveau CEO" du groupe, Frans Muller.

Ce dernier présentera demain, mercredi, ses premiers chiffres trimestriels. Le communiqué tombera avant l’ouverture des marchés, à 7h. Les analystes attendent en particulier les commentaires du patron du groupe de distribution sur les orientations stratégiques pour l’avenir, étant donné que la mise en œuvre de la fusion entre Ahold et Delhaize est quasiment terminée.

Un dividende de 0,70 euro?

Ahold Delhaize a compilé les estimations des analystes pour ses résultats du deuxième trimestre. En moyenne, ceux-ci s’attendent à des ventes nettes de 15,47 milliards d’euros, dont 9,2 milliards d’euros aux Etats-Unis.

Le résultat opérationnel ajusté serait de 614 millions d’euros et la marge opérationnelle de 4% (4,1% aux USA, 5,1% aux Pays-Bas, 2,4% en Belgique et 3,9% en Europe centrale et du sud-est).

En moyenne, les analystes tablent sur un bénéfice net de 414 millions d’euros. De quoi, selon eux, anticiper un dividende de 0,70 euro par action cette année, contre 0,63 euro versé en avril au titre de 2017.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content