Si les soldes redevenaient les seules périodes de bonnes affaires?

©BELGA

Démarques, ventes couplées, promotions, mid seasons, Black Friday... les périodes pour faire de bonnes affaires se multiplient pour le consommateur, mais amputent les marges déjà réduites des commerçants.

La période des soldes d'hiver s'ouvre sans grand enthousiasme. Stocks importants, caisses vides, les réductions s'annoncent d'emblée importantes alors que le shopping plaisir, essence même des soldes, reste interdit, tout comme la sortie entre copines en quête de bonnes affaires.

La lutte contre la pandémie rend la situation particulière. Les commerces non essentiels ont, à deux reprises, été contraints de rester portes closes et les soldes d'été, reportés d'un mois, n'ont pas apporté la bulle d'oxygène espérée.

Trop de promos tuent la promo

"Le secteur du détail fait de manière générale face à des marges faibles. S'aligner sur toutes les promotions des grandes chaînes et des commerces en ligne devient intenable pour les petits acteurs."
Olivier Mauen
SNI

Outre ces mesures visant à contrôler la propagation du virus, les petits commerçants sont de plus en plus confrontés à une concurrence contre laquelle ils ont du mal à lutter.

Il y a désormais les démarques, les braderies, les ventes couplées, les promotions, les Black Friday, les Cyber Monday...

"Le secteur du détail fait de manière générale face à des marges faibles. S'aligner sur toutes les promotions des grandes chaînes et des commerces en ligne devient intenable pour les petits acteurs", explique Olivier Mauen du Syndicat neutre pour Indépendants (SNI).

Et pourtant tous l'affirment: les soldes restent un rendez-vous incontournable pour le citoyen. Les commerçants voient, eux, l'unique occasion de pouvoir vendre à perte et donc de rentabiliser un maximum un capital immobilisé, à savoir leur stock.

Ces derniers se montrent aussi attachés aux braderies, souvent organisées à l'échelle d'un quartier ou d'un centre commercial par l'association des commerçants.

Une réflexion plus globale

Une question se pose donc: Et si les soldes redevenaient la seule période de bonnes affaires?

"Une majorité de commerçants indépendants souhaite un meilleur encadrement des périodes de promotions, hors soldes", reconnaît-on à l'Union des Classes moyennes (UCM).

Au sein du cabinet du ministre de l'Économie, Pierre-Yves Dermagne, on reconnaît qu'il serait intéressant de lancer une réflexion plus globale. "Mais, si nous sommes totalement ouverts sur la question, nous ne pouvons pas donner le la", insiste Nicolas Gillard, porte-parole du ministre.

L'Europe, un frein

Redonner plus d'aura aux périodes de soldes se heurte aussi à plusieurs barrières.

Il y a d'abord l'absence de consensus au sein du secteur. "Les différents représentants du secteur ne sont pas unanimes". Nicolas Gillard rappelle les difficultés déjà rencontrées pour avoir une position commune sur la date des soldes d'hiver après le report des soldes d'été.

Si, dans le chef des membres de l'UCM et du SNI, le signal est clair, les plus grands acteurs ne sont pas sur la même longueur d'onde.

Chez Comeos, on rappelle que la Belgique n'est pas une île. "Le Black Friday existe et a des conséquences en Belgique. Il faut donc veiller à ce que tout le monde puisse en profiter en respectant les mêmes règles, en ce compris les grands joueurs en ligne", indique-t-on au sein de la fédération des entreprises de distribution.

"Réduire ou encadrer les autres périodes de promotion serait inconciliable avec la volonté européenne plus libérale en la matière."
Clarisse Ramakers
UCM

Et pourtant des divergences existent déjà. Olivier Mauen rappelle que les Pays-Bas n'ont pas, comme chez nous ou en France, des périodes définies pour les soldes. Une aubaine, pour les consommateurs frontaliers.

Alexandre Billiet, CEO de Gondola, avance, lui, que si les soldes sont un rendez-vous commercial, il aura difficile à subsister face aux moments internationaux tel le Black Friday. "Alors que tous les retailers se posent la question sur comment promouvoir l'ancrage local belge, les soldes pourraient devenir un rendez-vous pour inciter au 'acheter local'".

Dernier frein: une directive européenne. "Réduire ou encadrer les autres périodes de promotion serait inconciliable avec la volonté européenne plus libérale en la matière", explique Clarisse Ramakers, directrice du service d'étude de l'UCM.

Elle porte toutefois une certaine espérance dans la volonté du président français de vouloir museler les GAFA, dont Amazon.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés