Supermarchés: vers une baisse des prix

©NICOLAS MAETERLINCK/BELGA

Selon Rabo Securities, les prix pratiqués en Belgique devraient s’approcher de ceux des Pays-Bas et baisser de 5 à 10%.

L’avertissement sur résultats lancé par Colruyt vendredi à l’issue de la publication de son chiffre d’affaires trimestriel a sonné comme une douche froide sur le marché belge de la grande distribution. C’est surtout la perte de part de marché du soft discounter de Hal qui inquiète les analystes.

Dans une étude publiée lundi, Rabo Securities se demande si ces mauvaises nouvelles n’amorcent pas un changement du paysage belge de la distribution. Un changement dont le principal gagnant serait le consommateur puisque, selon Rabo Securities, les prix pratiqués en Belgique devraient s’approcher de ceux des Pays-Bas et baisser de 5 à 10%.

Si l’environnement macroéconomique n’a pas fondamentalement changé ces derniers mois, avec une confiance des consommateurs faible et un client toujours plus exigeant, en revanche, le marché belge est sous la pression à la fois du Néerlandais Albert Heijn et de l’Allemand Lidl, qui ont lancé des offensives couronnées de succès.

Le premier ne pèse encore que 1 à 2% du marché, mais avec ses prix plancher, il fait peser une forte pression sur Colryut et le contraint à s’aligner dans les localités où il est déjà présent. Né dans le hard discount, le second est occupé à opérer un habile repositionnement en s’affichant de plus en plus comme une chaîne plus qualitative, tout en lançant de grosses promotions comme lors des fêtes de fin d’année.

Dans ce contexte, non seulement Colruyt souffre sur son pré carré, les prix bas, mais aussi Delhaize et Carrefour qui ne sont pas réputés pour être les champions en la matière.

Certes, tous deux ont une tarification nationale et ne sont donc pas tenus, comme Colruyt, de répondre systématiquement à la moindre variation de prix locale, mais pour les analystes de Rabo Securities, ce n’est qu’une question de temps. Mais sont-ils à même de répondre? Malgré ses handicaps sur les prix et ses engagements aux États-Unis et au sud-est de l’Europe, le nouveau management s’est engagé à faire des efforts pour réduire cette lacune.

Plus compliquée est la position de Carrefour selon Rabo Securities. Après la restructuration de 2010, le groupe Français sort enfin la tête de hors de l’eau en Belgique. Pour Rabo Securities, la direction doit décider vite si elle compte relever le défi de la bataille des prix. Faute de quoi, les analystes agitent à nouveau le spectre d’une sortie du marché belge.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés