Publicité

Les salariés de Lidl partent en grève, plus de 100 magasins fermés

Les syndicats pointent du doigt un haut taux d'absentéisme dans les magasins qui reportent la charge de travail sur les autres. ©Photo News

Une centaine de magasins Lidl ont fermé leurs portes, ce mercredi, en raison d'une grogne sociale au sujet de la surcharge de travail. Deux des cinq centres de distribution suivent le mouvement.

Une centaine de magasins Lidl et deux des cinq centres de distribution étaient touchés ce mercredi par une grogne sociale dénonçant la charge trop importante de travail. Les régions de Mons, Charleroi et du Limbourg sont particulièrement touchées. Quant aux centres de distribution, deux des trois centres flamands (Genk et Gulleghem) sont à l'arrêt. Les deux centres wallons travaillaient normalement.

La direction de Lidl a envoyé un huissier dans la soirée au centre de distribution de Genk pour lever le blocage des camions par les grévistes. "Demain (jeudi, ndlr), de nombreux magasins vont rouvrir et nous devons être en mesure de les approvisionner", a expliqué la porte-parole de Lidl, Isabelle Colbrandt, justifiant cette action. "Par ailleurs, des produits frais ont été livrés et si nous ne les distribuons pas, ils pourraient bien se gâter." La direction espère pouvoir reprendre les négociations avec les syndicats dès que possible. Ceux-ci avaient indiqué plus tôt dans l'après-midi que le centre de distribution de Genk resterait bloqué jusqu'à ce qu'un accord soit conclu.

Pas assez d'heures... ou de bras

Le front commun syndical reproche l'échec de la conciliation sur la nouvelle convention collective qui s'est tenue lundi. "La direction n'a pu nous rejoindre sur la définition des tâches à effectuer en magasin, le renforcement de l'équipe volante, le maintien de la durée des 42h/semaine dans les magasins", indiquent-ils dans un communiqué.

De son côté, la direction déplore l'action du jour. "Notre objectif, avec cette nouvelle convention du travail, est que chaque salarié se sente bien dans son travail et que le temps nécessaire à chaque tâche soit défini", explique Julien Wathieu, porte-parole de Lidl.

"Il faut soit plus d'heures par magasin, soit plus de personnel, mais il est compliqué aujourd'hui d'embaucher."
Koen De Punder
ACV Puls

La direction affirme avoir mis sur la table une optimalisation de son organisation de travail. Cela passe par l'externalisation de certaines tâches comme le nettoyage, l'automatisation d'autres (les commandes, l'étiquetage). L'équipe volante qui veille à combler les absences dans les magasins sera aussi renforcée. Le bât blesse notamment sur la méthode utilisée pour mesurer le temps de travail nécessaire à chaque tâche.

"Nous voulons un mesurage contradictoire et pas partiel dans trois ou quatre magasins, car la situation de chaque magasin est différente", précise Myriam Delmée du SETCa.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés