Uderzo porte plainte contre sa fille

©AFP

Le dessinateur français Albert Uderzo a annoncé lundi qu'il déposait plainte pour "violences psychologiques" contre sa fille et son gendre.

Nouvel épisode dans un conflit familial qui remonte à 2007. L'avenir d'Astérix, la bande dessinée française la plus vendue dans le monde, se joue entre père et fille Uderzo.

"Nous avons décidé de faire comprendre à Sylvie Uderzo et à son mari que nous n'allons pas nous laisser faire", a déclaré l'avocat d'Albert Uderzo, Pierre Cornut Gentille.

Dans un communiqué, Albert Uderzo et son épouse Ada accusent leur fille et leur gendre de vouloir "mettre la main" sur la saga Astérix. Ils "constatent que leur fille et son mari ne veulent à aucun prix d'une réconciliation, introduisent et font prolonger des procédures judiciaires qui ne reposent sur aucun fondement".

"Ces actes ont pour unique objet de porter atteinte à notre intégrité psychologique, de hâter notre affaiblissement pour mettre la main sur notre patrimoine qu'ils convoitent", accusent-ils.

Le communiqué ajoute qu'ils n'ont "aucun autre moyen juridique que d'engager cette action judiciaire pour se défendre de la procédure abusive, humiliante, que constitue la plainte déposée pour abus de faiblesse et les tentatives pour en prolonger les effets".

"Abus de faiblesse"

A savoir

L'enjeu de cette saga judiciaire est de taille car Astérix est assis sur un tas d'or. Le célèbre Gaulois est la BD française la plus vendue (plus de 352 millions d'albums) et la plus traduite (111 langues et dialectes) au monde.

Le dernier album, le premier sans Uderzo, est sorti le 24 octobre dans 15 pays et 23 langues, dont le catalan, le gallois, l'écossais et le gaélique.

Uderzo, qui a déposé aujourd'hui ses pinceaux, a passé le relais à Jean-Yves Ferri (scénario) et Didier Conrad (dessin) pour ce 35e opus, "Astérix chez les Pictes", qui se situe en Ecosse.

Début octobre, à quelques jours de la sortie du dernier album d'Astérix, une enquête préliminaire avait été ouverte par le parquet de Nanterre, près de Paris, à la suite d'une nouvelle plainte de Sylvie Uderzo accusant l'expert-comptable du dessinateur de "faux témoignage".

Un conflit familial oppose Uderzo à sa fille Sylvie, avec pour enjeu, un empire financier de plusieurs dizaines de millions d'euros. En 2007, la discorde éclate lorsque Sylvie Uderzo et son époux Bernard de Choisy sont remerciés par les éditions Albert René, chargées des albums d'Astérix conçus après le décès en 1977 du co-auteur René Goscinny.

La société est l'année suivante cédée à Hachette Livre, mais Sylvie Uderzo s'oppose à la transaction. En 2011, Mme Uderzo, qui a finalement vendu ses parts à Hachette, dépose plainte pour "abus de faiblesse".

Elle assure que certains membres de l'entourage d'Albert, âgé aujourd'hui de 86 ans, profitent de son état de santé pour influer sur la gestion de son oeuvre et de sa fortune. "On s'achemine vers un non-lieu mais on pense qu'elle va faire appel", a indiqué lundi l'avocat de Uderzo père commentant cet aspect de l'affaire. Le père d'Astérix a toujours démenti être en état de faiblesse.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés