Une fusion Ahold Delhaize-Kroger? Les forces en présence

©Bloomberg

Un analyste évoque à nouveau le scénario d'une fusion entre Ahold Delhaize et le groupe américain Kroger et les avantages d'une telle opération. De quoi expliquer le bond soudain de l'action (+5%) ce jeudi.

Et voilà pourquoi l’action Ahold Delhaize a bondi de 5% hier alors que 24 heures plus tôt elle reculait dans la foulée de ses résultats trimestriels.

Ce n’est pas nouveau mais un analyste en remet une couche comme on dit. Selon Bernstein, une fusion entre Ahold Delhaize et Kroger ferait beaucoup de sens dans la mesure où le marché américain de la distribution alimentaire a besoin d’une consolidation et qu’un accord créerait un leader de la taille de Walmart dans ce secteur.

Bernstein signale qu’il n’est au courant d’aucun projet d'accord en ce sens.

Quid des activités en Europe? 

Bruno Monteyne, l’analyste de Bernstein, évalue à 1,3 milliard de dollars les synergies d’un tel rapprochement. Si elles sont appliquées au bénéfice combiné des deux groupes, cela permettrait d’accroître la valeur de 36%. Autre aspect positif : une complémentarité dans les offres liées au commerce en ligne.

Restera aussi à résoudre cet aspect essentiel : si un jour les deux groupes unissent leurs forces aux Etats-Unis que vont devenir les activités d’Ahold Delhaize en Belgique et aux Pays-Bas ?

Autre chose. Une offre hostile éventuelle de Kroger reste un scénario improbable dans la mesure où sa cible potentielle dispose d’une pilule empoisonnée sous la forme de nouvelles actions préférentielles cumulatives.

Les parties en présence

Ahold Delhaize comptait, fin 2018, un total de 6.769 supermarchés et 372.000 collaborateurs. Aux Etats-Unis, il compte 5 enseignes physiques pour un total de 1.971 magasins et une enseigne en ligne et est présent dans deux douzaines d’Etats.

Les principales chaînes sont Food Lion (1.031 supermarchés) et Stop & Shop (415) où une grève de 11 jours a pesé sur les derniers chiffres trimestriels du groupe. Les ventes totales du groupe se sont élevées à 62,8 milliards d’euros l’an dernier avec un résultat net de 1,8 milliard.

De son côté, Kroger a dégagé un chiffre d’affaires nettement supérieur à celui du distributeur belgo-néerlandais à 121,2 milliards de dollars avec un résultat net de 3,11 milliards de dollars.

Deux points distinguent clairement les deux groupes. Parmi les 2.760 magasins de Kroger, 2.270 comptent une pharmacie et 1.537 une station à essence. Il exploite aussi 252 bijouteries. Le groupe américain dispose en outre de 37 usines de production alimentaire. Il emploie 453.000 personnes.

Piètre performance en Bourse

En Bourse, Ahold Delhaize pèse 24,6 milliards d’euros contre 18,7 milliards de dollars pour Kroger. Jusqu’à présent, l’année 2019 n’a guère été très emballante pour les deux actions: celle du premier a reculé de 5,8% et celle du second a même chuté de 15%.

Parmi la communauté des analystes financiers, les avis sont assez partagés sur les perspectives des deux valeurs. Kroger recueille 46,2% de recommandations d’achat et 11,5% de conseils de vente pour respectivement 43,8% et 18,8% pour Ahold Delhaize.

L’objectif de cours moyen pour le premier (26,24 dollars) correspond à un potentiel de hausse de 12% tandis que pour le second il atteint seulement 8,6% (22,6 euros).  

Premières rumeurs

Les premières rumeurs d'un rapprochement entre les deux groupes remontent à octobre 2017. Elles évoquaient un rachat de Kroger par Ahold au prix de 32 dollars par action ce qui représentait une prime de 55% par rapport au cours du moment et un ratio de 7 fois l'Ebitda.   

Pour un analyste cité à l'époque une telle transaction serait "particulièrement difficile" compte tenu des différences au niveau de la structure de l'endettement, des marges et des multiples d'évaluation entre les deux sociétés.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect