Wibra conserve finalement 36 magasins et 183 emplois

©BELGA

Après l'annonce de la faillite de Wibra Belgique jeudi, les curateurs ont donné ce vendredi leur feu vert au plan de reprise de l'enseigne néerlandaise, sauvant 36 des 81 magasins, avec quelque 183 employés à son bord.

Alors que le tribunal de Gand rejetait jeudi la proposition de la direction belge de Wibra de reprendre 36 des 81 magasins, une décision qui a mené dans la foulée à sa faillite, l'entreprise annonce ce vendredi poursuivre ses activités avec ces 36 magasins, après que la direction néerlandaise a rencontré les curateurs qui ont finalement approuvé le plan de reprise. Elle conserve ainsi 183 emplois sur 439 pour redémarrer ses activités. "Ces employés se verront proposer un nouveau contrat de travail", indique Wibra Belgique dans un communiqué. Les magasins sont répartis sur tout le territoire, entre la Flandre, la Wallonie et Bruxelles.

"Nous sommes soulagés de poursuivre nos activités en nous appuyant sur une base saine et sur un nombre important de magasins, que nous savons pouvoir rentabiliser à nouveau", réagit Bas Duijsens, directeur général de Wibra Belgique. "Nous avons confiance dans le fait que nous allons pouvoir prendre un bon nouveau départ. Pour y arriver, nous allons poursuivre sur la voie que nous avons déjà tracée, avec des assortiments, une présentation et une communication mieux adaptés aux besoins des clients."

Les employés bientôt informés

Mais que s'est-il donc passé entre jeudi et ce vendredi pour provoquer un tel revirement de situation? Un porte-parole de Wibra et le curateur Jozef Dauwe confirment tous deux que le plan de reprise convenu vendredi est presque entièrement identique au plan de redémarrage que la direction avait présenté lors de la procédure de réorganisation judiciaire. La grande différence, c'est que la facture des pécules de vacances et des primes de fin d'année de tous les salariés - y compris ceux qui seront repris - reviendra au Fonds de fermeture d'entreprises, qui a un plafond d'intervention.

La direction belge affirme toutefois que sa réorganisation judiciaire était bien nécessaire, ses activités étant déficitaires depuis plusieurs années. "Les pertes étaient traditionnellement absorbées et compensées par les autres activités du groupe, mais dans le contexte actuel lié au Covid-19, cela n'était plus possible. Les pertes et la dette accumulée avaient rendu la situation intenable."

Quant aux employés, ils seront informés "dans les prochains jours" sur leur situation, à savoir s'ils se verront proposer ou non un nouveau contrat. Wibra dit à ce propos regretter qu'aucune solution n'ait pu émerger pour sauver tous les magasins et "a toute confiance dans le fait que les curateurs veilleront à une indemnisation correcte des employés touchés".

Les 36 magasins concernés resteront dans un premier temps fermés, ils seront ensuite rénovés et réapprovisionnés pour préparer leur réouverture.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés