L'homme qui ne voulait pas être le roi de la croquette de crevettes

©Frédéric Pauwels / HUMA

Il y a un peu plus d’un an, Cédric Mosbeux ouvrait Fernand Obb, un restaurant offrant des plats belges populaires. Le titre d’artisan de la meilleure croquette de crevettes de Bruxelles l’a propulsé sous les projecteurs. Sa recette? Elle est simple. Des crevettes et beaucoup d’amour.

Sauf à avoir vécu dans une grotte ces dernières semaines, difficile d’ignorer que Fernand Obb peut se targuer, pour la deuxième année consécutive, de sortir de sa cuisine la "meilleure croquette de crevettes de Bruxelles". Mais d’emblée, il va nous falloir lever un double malentendu. Fernand Obb ne s’appelle pas Fernand Obb et il ne se considère pas comme le roi de la croquette de crevettes!

Reprenons le fil de l’histoire. À l’origine, il y a Cédric Mosbeux, un jeune Bruxellois de 35 ans, tombé dans une grande marmite à l’adolescence. L’école? Pas vraiment son truc, de son propre aveu. "Alors que j’étais en deuxième humanité, j’ai vu une publicité à la télévision pour l’école hôtelière de Spa. J’ai demandé à mon père si je pouvais y aller", nous a-t-il expliqué, bien installé dans son restaurant de Saint-Gilles, entre deux services. "Tout sauf rester des heures sur un banc à écouter un professeur", confesse-t-il, reconnaissant que, pour le même prix, il aurait pu s’inscrire à une école de mécanique. "Je n’avais pas de passion spécifique pour la cuisine, mais j’aimais son côté convivial, l’esprit de camaraderie".

Trois ans plus tard et quelques bêtises sans importance, on lui demande gentiment d’aller voir ailleurs s’il n’y est pas. Ce sera le début de son apprentissage, en cuisine. "Mon père n’était pas trop chaud à l’idée, pour lui, c’était le bas de l’échelle". Mais Cédric Mosbeux n’en a cure, il est jeune et il a la vie devant lui. "J’ai démarré dans la cuisine du Brighton, le restaurant de l’hôtel Stanhope, à Bruxelles. C’était le 15 décembre 2000, le jour de mes quinze ans. Je suis tombé sur un chef correct qui m’a donné le goût de la cuisine et du travail. J’ai toujours bien aimé boire et manger, cela fait partie de ma personnalité."

Street et fast food…

Après trois années passées au Stanhope, les expériences s’enchaînent avant que Cédric Mosbeux ne prenne ses quartiers au KafKaf, un snack près de l’ULB. L’occasion de se faire encore un peu la main, de fréquenter un milieu qui n’est pas nécessairement le sien et de se constituer un beau réseau. "Aujourd’hui, mon avocat est un de mes amis de cette époque", explique-t-il. Et comme le snack ferme trois mois chaque année, il en profite pour voyager seul, une de ses passions… Enfin, entre octobre 2015 et avril 2016, il reprend la route: Moscou, Mongolie, Chine et Inde. Quand il revient déposer son sac, il a une idée en tête: ouvrir son propre restaurant. "J’avais un bon début de concept, j’étais fasciné par la street food et le fast food. Je cherchais à m’installer dans un quartier populaire, bruxellois. Je cherchais une âme que le quartier Flagey, à cause des expatriés, a perdu". Finalement, il trouvera un emplacement à Saint-Gilles.

Ok pour l’emplacement, restait à trouver le nom. "J’ai réuni cinq ou six potes, on a bu quelques coups et on a sorti tout ce qu’on avait en tête. Un de mes potes est venu avec Obbrussel, l’ancien nom de Saint-Gilles… Puis, à un moment, mon chat, qui s’appelle Fernand, est passé sur nos feuilles; du coup, on a aussi noté Fernand". Le lendemain, une fois les idées remises au clair, Cédric Mosbeux a retenu Fernand et Obb. Voilà pour le nom. Premier malentendu levé, Fernand Obb ne s’appelle pas Fernand Obb; il s’appelle Cédric Mosbeux. "On a ouvert le restaurant le 21 mars 2018. La veille, on a tourné à portes fermées, avec des amis, pour tester notre cuisine. Ce fut le carton plein", se souvient-il.

"Je n’avais pas de passion pour la cuisine, mais j’aimais son côté convivial, l’esprit de camaraderie."
Cédric Mosbeux
Fondateur de Fernand Obb

Et cette réputation de roi de la croquette de crevettes, alors, elle vient d’où, alors? En réalité, osons le dire, tout est de la faute de l’infirmière de la mère de Cédric Mosbeux. Vous suivez? Le fils de l’infirmière de la mère de Cédric Mosbeux travaille pour Visit Brussels, l’organisateur du concours des meilleures croquettes. C’est lui qui a parlé de ce concours à sa mère. Qui elle-même en a parlé à sa patiente. Qui l’a répété à son fils. Si vous avez bien suivi, vous savez maintenant pourquoi Cédric Mosbeux a décidé de se lancer dans l’aventure. La fleur en bouche, il fait le dire.

"Ils avaient dit qu’ils publieraient les noms des dix premiers dans la presse. Nous nous sommes dit que ce serait un bel objectif à atteindre et en plus, cela se passait dans les cuisines du ‘Comme chez Soi’, avec de belles pointures", raconte Cédric Mosbeux. Il avait pas mal bossé son sujet, les croquettes de crevettes figuraient déjà à sa carte et il recevait pas mal de compliments.

Pour rire et pour se faire un bon coup de pub, il y est allé. Et en riant et en se faisant un bon coup de pub, il a gagné. "D’un coup, toutes les caméras se sont braquées sur nous et quand on nous demandait la recette, on répondait qu’il fallait beaucoup de crevettes et, surtout, de l’amour!", se souvient-il aujourd’hui, hilare. Mais vous n’en saurez pas plus sur la recette. Elle n’est écrite nulle part. Un secret mieux gardé que la formule du Coca-Cola. Presque.

Attablé dans son restaurant, il se remémore les jours qui ont suivi cette victoire. "Le lendemain, c’était la guerre. Gagner ce concours, c’est le plus beau cadeau du monde pour un jeune restaurant. Cela nous a permis de gagner une clientèle qui ne serait jamais venue chez nous". Et vous savez quoi? Cette année, il a décidé de retenter le coup. De remettre son titre en jeu. Et vous connaissez la suite… Il a de nouveau coiffé la concurrence sur le poteau. Bim, le retour du roi de la croquette de crevettes, again! "Je ne suis pas le roi de la croquette de crevettes. Il y a d’autres restaurants qui font d’excellentes croquettes et qui ne participent pas à ce concours". Et voilà, pourquoi et comment Fernand Obb qui ne s’appelle pas Fernand Obb ne veut pas être considéré comme le roi de la croquette de crevettes.

Extension modérée

"Beaucoup de gens ont dit que nous étions fous de remettre notre titre en jeu. Je n’avais pas réfléchi, cela me semblait naturel", raconte encore Cédric Mosbeux, précisant que cette deuxième victoire lui fait particulièrement plaisir, qu’elle confirme que la première ne relevait pas du fruit du hasard.

Le succès, on peut le dire, ne lui monte pas à la tête. Même si son restaurant devient trop petit, pas question de déménager. "Bouger, c’est une arme à double tranchant, on risque de perdre l’âme du lieu". La seule concession porte sur l’ouverture d’un atelier afin d’améliorer les procédures. L’an passé, il avait déjà eu des appels du pied du magasin Rob. Et de l’hôtel Amigo. Voilà peut-être le futur de Fernand Obb, développer une gamme d’épicerie fine et le volet événementiel. "Nous faisons nos croquettes, évidemment, mais également nos sauces, notre pastrami et nous fumons notre saumon nous-même".

Par contre, ne comptez pas sur lui pour ouvrir un Fernand Obb à chaque coin de rue. "En se démultipliant, on risque de perdre en qualité et en authenticité, je trouve cela triste de retrouver la même enseigne dans tous les quartiers de la même ville." Par contre, il se verrait bien ambassadeur de la nourriture belge à l’étranger; il évoque Paris ou New York comme un idéal lointain, précisant qu’il a toujours rêvé de tenter une expérience à l’étranger.

Avant de nous quitter, il sort son téléphone portable de sa poche. Il tient à nous montrer la file de clients le lendemain de l’annonce de sa deuxième victoire, comme un trophée. Et il en rit. De bon cœur. Alors que le restaurant est fermé, des gens poussent la porte, ils viennent pour les croquettes de crevettes, évidemment, qu’ils achètent fraîches, non cuites, dans des barquettes. Fernand Obb s’appelle Cédric Mosbeux, il n’est peut-être pas le roi de la croquette de crevettes, mais il a trouvé la bonne recette, celle qui le mènera loin.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect