Le restaurant François en pole position pour reprendre le resto de l'Atomium

©Photo News

Au début du mois d’avril, le restaurant de l’Atomium a dû se mettre à l’abri de ses créanciers. L’établissement a cherché un repreneur. Deux candidats ont fait offre. Le restaurant François pourrait emporter le morceau.

Le restaurant François, situé Quai aux Briques, au centre de Bruxelles, est en pole position pour reprendre le restaurant situé au sommet de l’Atomium, a-t-on appris mercredi matin lors d’une audience au tribunal de l’entreprise francophone de Bruxelles.

La société Belgium Taste, qui exploitait le restaurant de l’Atomium, a demandé à être placée en procédure de réorganisation judiciaire (PRJ) au début du mois d’avril, l’objectif final de la manœuvre étant la vente de l’établissement. Malgré les marques d’intérêt de plus de dix candidats, ce sont finalement deux offres fermes qui ont été présentées mercredi matin au tribunal de l’entreprise.

Deux offres

"Je suis face à un manque de justification par rapport à l’origine des fonds."
cédric van zeeland
juge délégué

D’entrée de jeu, le juge délégué Cédric van Zeeland a précisé que le passif de Belgium Taste s’élevait à 3,3 millions d’euros.

D’un côté, il y avait une offre faite par la société qui, depuis six ans, exploite une boutique de chocolat au sein de l’Atomium et gère la société qui prend en photo des touristes venus visiter l’édifice érigé à la faveur de l’exposition universelle de 1958. Cette offre prévoyait la reprise du personnel, du passif, et du bail, sachant que près de 25 personnes font tourner l’établissement situé dans la plus haute boule de l’Atomium.

L’autre offre, faite par le propriétaire du restaurant François, un établissement situé Quai aux Briques et bien connu des Bruxellois, prévoyait les mêmes conditions que la première offre. Seule différence, le cash avancé sur la table. Là où la première offre avançait 500.000 euros, le propriétaire du restaurant François ne mettait "que" 258.000 euros.

Origine des fonds

©Belga
Au moment d’éclairer le tribunal sur les propositions des deux candidats, le juge délégué van Zeeland a soulevé toute une série de questions par rapport à l’origine des fonds avancés par le premier offrant, sachant que différents montants venaient de Suisse.
Pour les représentants de la première offre, il s’agissait essentiellement de prêts familiaux, un argument qui, on le verra, n’a pas convaincu le représentant du parquet venu assister à l’audience. " Malgré mes demandes, je suis face à un manque de justifications par rapport à l’origine des fonds", a précisé le juge délégué, avant d’expliquer que, selon lui, l’offre émanant du restaurant François présentait les garanties nécessaires au respect de l’ordre public.

À l’audience, Nicholas Ouchinsky, le conseil de Belgium Taste, n’a pas caché sa déception de n’avoir vu que deux candidats remettre des offres "qui ne sont pas mirobolantes", et ce malgré le travail effectué par le mandataire de justice Tibault le Hardÿ. "Il a contacté tous les grands acteurs du secteur horeca et nous nous attendions à voir plein d’offres arriver sur la table", a encore précisé Nicholas Ouchinsky.

Beaucoup ont répondu à l’appel dans un premier temps, mais il semble que les difficultés d’exploiter un restaurant dans cet espace particulier ont freiné plus d’une ardeur.

Avis favorable pour le restaurant François

©Hollandse Hoogte / Charlotte Bog

Les avocats des deux offrants, tous les deux consultés à la dernière minute, ont ensuite défendu les offres de leurs clients, une bonne partie des débats tournant effectivement autour de l’origine des fonds amenés par le premier offrant. En cours d’audience, et même si cela ne devrait pas entrer en ligne de compte alors que les deux offres étaient déjà déposées, Samiyel Citgez, le propriétaire du restaurant François (et du Pré Salé, de Oh La Vache et de Peï et Meï) a fait savoir qu’il s’engageait à garantir trois années du passif social du personnel du restaurant. Tout comme il a fait savoir que le chef Albert Verdeyen serait aux manettes de la cuisine.

Concluant les débats, le représentant du parquet venu assister à l’audience, a souligné ne pas avoir assez d’informations sur l’origine des fonds du premier offrant, le poussant à rendre un avis défavorable par rapport au premier candidat et favorable par rapport au restaurant François.

L’affaire a été prise en délibéré.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect