"Les Filles" veulent passer à 5 implantations

"Les Filles" ©Frédéric Raevens

La chaîne de restaurant-table d’hôte bio a procédé à une augmentation de capital souscrite par la brasserie "Caulier Sugar Free". Objectif: étendre le réseau

Ancien associé du cabinet de défense des actionnaires minoritaires, Deminor, et ex-actionnaire du Pain Quotidien, Eric Coppieters est très actif ces derniers temps. Spécialisée dans les bières sans sucre, la brasserie "Caulier Sugar Free", dont il est l’actionnaire majoritaire, s’est récemment développée en Italie et au Mexique.

©Dieter Telemans

Sous son impulsion, elle vient aussi de prendre une participation significative dans l’enseigne de restaurants bio-bobo "Les Filles". La brasserie wallonne, basée à Soignies, a investi près de 175.000 euros dans cette enseigne bruxelloise, portant le capital à près de 555.000 euros. Suite à cette opération, "Caulier Sugar Free" en possède 31,5% des parts, le solde étant détenu par les fondatrices du concept, Line Couvreur et Catherine Kirszbaum, ainsi que par André Van Hecke. L’ancien patron du Cercle de Lorraine y a injecté voici un an quelque 150.000 euros.

Andre Van Hecke, ex du cercle de Wallonie, avec les dames de "Les Filles". ©Dieter Telemans

Ce dernier connaît bien Eric Coppieters. Ils se sont rencontrés à l’époque au Pain Quotidien. "Je considère cette opération comme un investissement d’observation", confie-t-il. "Je trouve le concept intéressant, moi-même je développe une formule de 'gastro pubs', des bars à bière gastronomique (il y a déjà un à Bruxelles à la Gare centrale, NDLR). Mais y développer le bio est compliqué. Dans ce contexte, 'Les Filles' qui misent aussi beaucoup sur la livraison de repas (20% du chiffre d’affaires, NDLR) pourraient nous aider; tout comme ses restaurants pourraient servir de hub pour la livraison de nos bières."

Lancées en 2013, "Les Filles" se positionnent sur le créneau porteur de l’alimentation santé : une nourriture saine, simple et familiale mais aussi gourmande, le tout dans une atmosphère conviviale autour de tables d’hôtes inspirées du… Pain Quotidien.

"Les Filles" ©Frédéric Raevens

"Les Filles" comptent trois implantations:

•  dans le centre de Bruxelles
•  à Ixelles
•  dans l’enceinte du parlement européen.

L’enseigne marche plutôt bien, elle vise 2 millions de chiffre d’affaires cette année mais est encore en plein développement. "Trois implantations, ce n’est pas assez; il en faut davantage pour générer des économies d’échelle", juge Eric Coppieters.

C’est aussi l’avis d’André Van Hecke. "Il nous faudrait idéalement cinq implantations, c’est d’ailleurs le but de cette entrée de Caulier Sugar Free dans le capital. Je rêve de lieux comme le Sablon, le quartier européen, voire Gand et Anvers, mais il faut trouver les bons bâtiments. Idéalement il en faudrait même plus mais on rentrerait là dans un processus plus industriel avec sans doute le développement de la franchise."

Cela tombe bien, Eric Coppieters n’exclut pas d’investir davantage dans l’enseigne à l’avenir.

"Les Filles" ©Frédéric Raevens

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n