analyse

Qui sont les loueurs d'Airbnb? Notre enquête

©Bloomberg

Lancé en 2008 en Belgique, le site de location de vacances comptabilise plus de 3.7oo membres. Mais qui sont-ils? Des particuliers, en grande majorité, mais pas uniquement. A l’image d’eBay il y a quelques années, la professionnalisation d’Airbnb est en marche. Enquête.

Fleuron de l’économie partagée, Airbnb a bien fait son lit en Belgique. Le site propose pas moins de 5.207 offres de logement dans notre plat pays pour une capacité totale qui se rapproche des 20.000 places. Le prix moyen par nuit est de 83,1 euros et le prix médian de 70 euros.

Sans surprise, la région de Bruxelles-Capitale est la plus densément peuplée avec 2.709 logements, une capacité de 8.276 places pour un prix moyen de 77,2 euros et un prix médian de 65 euros. De manière générale, la majorité des annonces se concentre autour des grandes villes du pays: Bruxelles, Anvers, Gand, Bruges et Liège constituent le top 5 des annonces sur Airbnb. En moyenne, il faudra débourser entre 65 et 77 euros. Ce prix grimpe toutefois à plus de 100 euros pour Bruges, Knokke ou même Namur.

Plus cher dans le sud que dans le Nord

Par province, on constate que Namur est la plus chère du pays avec un prix moyen de 139,8 euros. D’ailleurs, le top 3 se situe dans le sud du pays avec en seconde position le Luxembourg (130,3 euros) suivi par Liège (99,5 euros). Viennent ensuite la Flandre Occidentale (96,5 euros), le Limbourg (84,5 euros) et le Brabant wallon (80,2 euros).

L’offre s’est diversifiée également. Si un peu plus de six annonces sur dix concernent des appartements, on trouve à côté des maisons et villas, une quarantaine de cabanes, 35 bateaux, 10 châteaux et quelques tentes. Plus incongru, Philippe offre la possibilité à ses invités de dormir dans une bulle sur l’eau dans la région de Couvin mais également dans un ancien monastère, "quasi autonome en énergie renouvelable".

Près de 12% des membres Airbnb en Belgique proposent deux annonces.

A l’instar d’autres pays, Airbnb a connu une belle progression en Belgique depuis son arrivée. Entre le 15 août 2008 et le 15 novembre 2014, le nombre d’inscrits est passé de 1 à 3.708 membres. Ce succès mondial vaut à Airbnb d’essuyer des tirs de barrage un peu partout dans le monde. Ils viennent tant des professionnels de l’hôtellerie qui s’insurgent du développement sans garde-fou de la parahôtellerie mais également du secteur locatif, qui a le sentiment de se faire souffler une partie du marché.

Dans la capitale belge, le Parlement bruxellois a voté une ordonnance destinée à réguler le secteur en avril 2014. Une nouvelle nomenclature doit reprendre les différents types d’offre touristique: hôtels, appart-hôtels, résidences de tourisme, hébergement en chambre d’hôte, camping… Et pour chacune de ces catégories, des règles spécifiques.

Dans le sud du pays, rien n’est prévu pour le moment.

Les rois de la débrouille

Qu’en est-il vraiment en Belgique? A l’origine, Airbnb a pour vocation de mettre en contact des voyageurs et des hôtes et ces derniers sont des particuliers. Il ressort de notre enquête sur base des données récoltées que plus de 83% des membres proposent en location un seul bien. Selon leurs propres descriptions, ils présentent des profils très divers: ils sont architecte, peintre, photographe, retraité, amoureux des rencontres et des voyages, parents de famille nombreuse dont les enfants ont quitté le nid, défenseurs de l’environnement. Certains sont étudiants comme Steven ou Sarah et recourent à Airbnb pour sous-louer une chambre dans une colocation.

Chiffre remarquable également, près de 12% proposent deux offres de logement. Il ne s’agit pas forcément de deux biens différents, mais souvent de deux chambres dans un même bien. Janine, par exemple, est responsable de sept annonces sur Airbnb. Enseignante retraitée, elle n’est pourtant propriétaire que d’une maison à Schaerbeek qu’elle habite et au sein de laquelle elle loue plusieurs chambres.

©mediafin

Les 59 annonces d’ApartmentsApart

A côté des petits joueurs, il y a le haut du panier, nettement plus intéressant. Le roi d’Airbnb en Belgique ne se cache d’ailleurs même pas sous un pseudonyme, il s’appelle ApartmentsApart et propose pas moins de 59 biens en location dans notre pays, tous situés à Bruxelles. ApartmentsApart n’est évidemment pas un particulier, mais bien une agence internationale de location de biens à court et moyen terme, dont le siège se trouve à Varsovie, et qui agit comme courtier pour les propriétaires.

Contacté par nos soins, le responsable du bureau bruxellois, qui ne s’est pas identifié, s’est montré peu éloquent. "Nous coopérons avec tous les opérateurs locaux en fonction du marché, a-t-il simplement indiqué. Cela nous permet de toucher une clientèle beaucoup plus large mais nous préférons évidemment qu’ils réservent directement sur notre site internet parce que les commissions prélevées sont souvent très élevées".

Les données récoltées, qui servent de base à l’analyse effectuée par L’Echo, proviennent du site Airbnb lui-même. Elles ont été extraites grâce à un programme informatique. Principale difficulté: une recherche dans la base de données d’Airbnb ne livre chaque fois que les 1.000 premiers résultats. Il a donc fallu mettre au point une méthode pour contourner cette limite. Avec l’aide d’Ettore Rizza*, ancien journaliste et spécialiste de l’extraction d’informations, nous avons choisi de parcourir manuellement la carte de Belgique et de récolter automatiquement tous les résultats fournis dans ces zones. Mais même de cette manière, il est très difficile d’être exhaustif. à Bruxelles, notamment, la densité d’annonces est si élevée que la moindre imprécision peut se traduire par l’oubli de plusieurs dizaines de logements. En définitive, nous arrivons à un total de quelque 5.207 annonces sur Airbnb en Belgique. Il n’est pas impossible que des doublons subsistent, malgré notre nettoyage des données Excel. Les chiffres sont, par conséquent, indicatifs mais certainement proches de la réalité. Récemment, le country manager pour la France et la Belgique, Nicolas Ferrary, a en effet déclaré au "Soir" que le nombre de maisons et d’appartements en location sur Airbnb avoisinait les 5.000 dans notre pays. Précisons enfin que les données ne serviront qu’à des fins statistiques et seront détruites sitôt après leur analyse.

*Étudiant en Sciences et Technologies de l’information à l’ULB, Ettore Rizza s’est inspiré d’un script informatique fourni par nos confrères suisses du journal "Le Temps".

En seconde position, Jennifer & Ze Team sont en réalité Ze Agency. L’agence, qui possède un bureau à Bruxelles et à Liège, est également spécialisée dans les locations à courte durée et pour les vacances. Elle propose 51 biens en Belgique sur le site d’Airbnb qui appartiennent à trois types de propriétaires. "Une partie vivent à l’étranger et louent leurs biens quand ils ne sont pas présents en Belgique, explique Jennifer, la patronne. D’autres ont eu une mauvaise expérience de location à long terme et optent pour la formule plus flexible et souvent plus rentable du court terme. Enfin, il y a ceux qui ont plusieurs propriétés et qui aiment bien diversifier."

Ze Agency est active dans son secteur depuis six ans, soit au moment de l’arrivée d’Airbnb en Belgique. "Le marché de la location à courte et moyenne durée existait déjà, rappelle Jennifer. Mais Airbnb a contribué à élargir l’offre et la demande. Ils ont débarqué avec des méthodes nouvelles, recourant abondamment aux réseaux sociaux et avec une commission, à l’époque, très faible ce qui le rendait très compétitif".

L’arbre qui cache la forêt

D’autres agences de location occupent le top 10 des plus gros loueurs sur Airbnb en Belgique. En troisième position, Bettina propose 27 logements en Belgique, essentiellement à Bruxelles. Derrière ce prénom féminin, il y a une employée d’Halldis, un gestionnaire immobilier international, basé à Milan, qui propose 581 offres d’hébergements sur l’ensemble d’Airbnb. On recense quelques acteurs locaux, comme Orange Cannelle Apartements, Mas Residence, Be-Housing ou encore Smartflats.

Pour Tarik Hennen, le cofondateur de Smartflats, la présence d’agences de location à court et moyen terme, n’est jamais que l’arbre qui cache la forêt. "Airbnb est devenu un canal de plus en plus important, qui domine peut-être même Booking.com. Ce qui est en train de se passer, c’est la même chose qu’avec eBay. Il y aura bientôt autant de professionnels que de particuliers sur Airbnb", commente-t-il, évoquant au passage la présence d’hôtels sur le site.

Le Kaba Hostel notamment, situé à Gand, propose 7 annonces. Rappelons également la présence de châteaux qui sont autant de petits complexes hôteliers. Et comment ne pas suggérer l’existence de prête-nom lorsque l’on voit qu’Aline, qui a refusé de répondre à nos questions, propose pas moins de 25 logements en Belgique. Même interrogation pour Maarten, qui se présente comme un étudiant de 28 ans, propriétaire de six magnifiques appartements dans la région d’Anvers.

Et puisqu’Airbnb n’impose aucune limite au nombre d’hébergements pouvant être proposés par hôte, rien ne semble pour le moment s’opposer à cette tendance qui semble positionner Airbnb comme une plateforme de services à la portée de tous: particuliers et professionnels.

2.316 €/nuit. Anhée Capacité: 21 personnes, 7 chambres. ©RV DOC
1.300 €/nuit. ANVERS. Capacité: 6 personnes, 4 chambres. ©RV DOC
1000 €/nuit. BERTOGNE. Capacité: 20 personnes 10 chambres. ©RV DOC
1.495 €/nuit. Anthisnes. Capacité: 50 personnes, 19 chambres. ©RV DOC
700 €/nuit. Hombourg. Capacité: 20 personnes, 16 lits. ©RV DOC

[Suivez Sarah Godard sur Twitter en cliquant ici]

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content