Van der Valk seul en lice pour reprendre l'Hôtel des comtes de Méan à Liège

©LES COMTES DE MEAN

En PRJ, le seul 5 étoiles de la Cité ardente devra redescendre de gamme pour trouver une meilleure rentabilité. La reprise doit encore être approuvée par le tribunal de l’entreprise.

L’Hôtel des comtes de Méan, qui domine la place Saint-Lambert dans le centre de Liège, c’est un fleuron de l’hôtellerie dans la Cité ardente. Rénové à très grands frais, il a ouvert ses portes en 2010 sous le nom de Crowne Plaza avant d’être repris par un investisseur français. Mais las, plombé par le coût de sa rénovation, l’hôtel de 126 chambres n’a pas pu garder la tête hors de l’eau, coulé par une charge de dette astronomique, reliquat d’une rénovation estimée à plus de 30 millions d’euros.

Fin juillet, la société d’exploitation Royal Selys SA repassait par une phase de réorganisation judiciaire avec transfert d’actifs dans une nouvelle société. La deuxième de son histoire. L’hôtel, exploité en franchise Crowne Plaza jusqu’il y a deux ans, avait déjà connu une telle phase en février 2017, prolongée à deux reprises jusqu’en août 2018.

"Cinq étoiles, c’était trop pour Liège. Cela impliquait un niveau de service impossible à répercuter sur le prix des chambres."
Marco Wohrmann
van der valk

Dans le cadre de la PRJ, plusieurs offres ont été déposées auprès des mandataires de justice. Et celle du groupe Van der Valk a été retenue pour des négociations exclusives. C’est ce qui a été annoncé au personnel ce lundi. Mais un transfert des actifs dans une nouvelle société appelée à être reprise doit encore être approuvé par le tribunal de l’entreprise. La procédure de réorganisation judiciaire court jusqu’au 15 octobre. Mais Van der Valk pourrait reprendre l’exploitation du site dès le 1er octobre en collaboration avec les mandataires de justice.

Van der Valk s’est implanté à Liège il y a juste un an avec la réouverture après rénovation de l’hôtel situé à côté du Palais des congrès de Liège. "C’est une offre complémentaire", estime Marco Wohrmann, directeur général des hôtels du groupe à Liège et Verviers. "Autant l’hôtel Congrès vise une clientèle business, autant celui-ci touchera une clientèle de loisirs avec de plus longs séjours."

Van der Valk poursuit ainsi son implantation à Liège et en Wallonie, où le groupe compte 7 hôtels. Mais la relance des Comtes de Méan, qui serait rebaptisé en Van der Valk Liège Selys, passera aussi par une baisse de gamme. L’hôtel, installé dans deux anciennes maisons de maître du Mont Saint-Martin, qui remonte au XVe siècle, était le seul 5 étoiles de la ville. Il redescendra en 4 étoiles+. "Cinq étoiles, c’était trop pour Liège. Cela impliquait un niveau de service, notamment de nuit, trop onéreux et impossible à répercuter sur le prix des chambres. En redescendant d’une classe, on peut réduire le prix des chambres de 15 à 20% et toucher un nouveau public", analyse Wohrmann.

L’hôtel affichait jusqu’ici un taux de remplissage de 70% environ, selon les dires du repreneur. "Preuve que le public existe pour ce niveau d’excellence. Son exploitation était rentable, mais pas suffisante pour couvrir la charge de sa dette." Débarrassé d’une partie de cette dette dans le cadre de la reprise, Van der Valk espère revenir à l’équilibre dans un an. En 2017, la société Royal Selys affichait des fonds propres négatifs à hauteur de 8,7 millions d’euros. Le résultat d’exploitation frisait l’équilibre à 300.000 euros près.

Le groupe Van der Valk compte aussi sur des coûts d’exploitation moins élevés grâce à des synergies au niveau des achats centralisés et avec d’autres implantations, notamment les hôtels de Verviers ou de Maastricht.

Le groupe hôtelier Van Der Valk remonte au début du 20e siècle et compte aujourd’hui 110 hôtels, essentiellement au Benelux, mais aussi en Allemagne, en France, en Espagne et aux Antilles néerlandaises. Très morcelé aujourd’hui entre les descendants du fondateur, le groupe conserve cependant son identité visuelle grâce à un système de franchise interne.

Seule condition pour obtenir une de ces franchises: être un descendant des 11 enfants du fondateur Mauritius Van Der Valk. Marco Wohrmann et ses trois frères, de la quatrième génération, détiennent aujourd’hui 6 hôtels à l’enseigne du groupe en Wallonie, dans la foulée de celui de Nivelles ouvert par leur père en 1974. Leur branche affiche un chiffre d’affaires cumulé de plus de 50 millions d’euros.

L’établissement d’Arlon appartient à l’un de leurs nombreux cousins.

Mais le groupe favorise les synergies internes grâce à une centrale d’achats commune et surtout une identité unique, notamment un site internet de réservations uniques qui référence tous les établissements de la marque au toucan.

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect