"Chez Exki, nous profitons du confinement pour nous réinventer"

Le cofondateur d'Exki, Frédéric Rouvez (avec à droite l'autre cofondateur Nicolas Steisel) estime que cette crise nous a appris à prendre le temps de nous poser les bonnes questions sur notre manière de vivre et de consommer. ©Tim Dirven

Pour Frédéric Rouvez, cofondateur d’Exki, cette crise est l’occasion de prendre le temps de réfléchir au futur de son entreprise et, plus fondamentalement, sur notre manière de vivre et de consommer.

Comme tout l’horeca, la chaîne de restauration rapide et saine Exki est très affectée par la crise du Covid-19. C’est simple: sa bonne centaine de restaurants (Belgique, France, Italie, Espagne, Allemagne…) est fermée et ses 1.600 collaborateurs (franchisés compris) ont été mis au chômage temporaire, avec des modalités diverses selon les pays. "Sur un plan émotionnel, c’est difficile à vivre, témoigne le cofondateur et CEO Frédéric Rouvez. Je songe notamment à notre directeur marketing qui a été longtemps en coma artificiel."

1.600
collaborateurs
La plupart des 1.600 collaborateurs d'Exki (franchisés compris) ont été mis au chômage temporaire, avec des modalités diverses selon les pays.

Aujourd’hui, l’enseigne est à l’arrêt et ses projets d’expansion mis au frigo. "On a décidé de fermer nos restaurants dès les premières restrictions avant même le confinement qui est imposé aujourd’hui", relève Frédéric Rouvez. Même les services de livraison et de delivery ont été stoppés. "C’est trop compliqué à organiser et cela mettrait à mal la sécurité de notre personnel, d’autant que la plupart de nos restaurants sont dans des zones de chalandise qui sont vides, cela n’avait plus de sens de maintenir cette activité."

Seuls restent à bord une dizaine de collaborateurs pour assurer le suivi: finances, informatique, RH. Le télétravail est bien entendu privilégié, mais quelques-uns viennent au siège de l’entreprise, à Ixelles, un peu forcés et contraints. "Pour diverses raisons, certains, dont moi-même, ne peuvent pas travailler chez eux, on se retrouve donc à trois ou quatre au bureau."

Introspection

Mais que font-ils donc? Certes, il y a le day to day: obtention de facilités bancaires, gestion du personnel, légitimement inquiet, relations avec les propriétaires des locaux commerciaux, etc., "mais on met aussi ce temps à profit pour fondamentalement nous réinventer et c’est même très amusant, car je me retrouve vingt ans en arrière, lorsque nous avons développé le concept et ouvert le premier Exki. Et comme on a depuis été énormément copié, on doit se remettre en question."

En réalité, le management avait déjà commencé à plancher sur le futur de l’enseigne avant la crise, mais ce confinement lui permet de se consacrer à 100% à cette réflexion. Elle porte à la fois sur le marketing, le packaging, la gestion des déchets, le service aux clients, le développement d’autres moments de consommation, le lunch, l’offre produits, le digital…

"Je me retrouve vingt ans en arrière, lorsque nous avons développé le concept et ouvert le premier Exki."
Frédéric Rouvez
CEO et cofondateur d'Exki

Tirant déjà les leçons de la crise, Frédéric Rouvez se dit qu’Exki dispose de beaucoup d’atouts pour redémarrer. "Le besoin de produits locaux, sains et frais va aller croissant, et les habitudes de consommation pourraient évoluer, détaille-t-il. Il est possible qu’au début, les gens veuillent moins se déplacer dans des lieux fort fréquentés. Nous réfléchissons donc à développer davantage une offre hors restaurant, axée sur le delivery."

Parmi les mesures de relance potentielle, Frédéric Rouvez suggère une hausse des chèques repas, qui devrait bénéficier prioritairement au secteur horeca, ainsi que des chèques culture pour soutenir un secteur, lui aussi, fort malmené.

Changer les comportements

Plus fondamentalement, le cofondateur d’Exki se dit convaincu que cette crise pourrait changer certains comportements. "Je pense que le confinement nous a fait prendre conscience que le monde était malade de la surconsommation, conclut-il. Cette crise nous aura au moins appris à prendre le temps de nous poser les bonnes questions sur notre rapport aux autres et à notre famille, notre manière de vivre et de consommer. Il ne faudrait pas que, une fois la crise terminée, on oublie tout cela."

 

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés