Publicité

Des perspectives pour l'horeca avant le 8 juin?

La pression monte pour le secteur horeca en Flandre qui exige de la clarté sur son avenir.

Le ministre de l'Intérieur Pieter De Crem a laissé entendre que des réouvertures pourraient être envisageables pour l'horeca avant le 8 juin. En Flandre, la pression monte tandis qu'aux Pays-Bas, les restaurants et les cafés pourront rouvrir le 1er juin.

Le ministre de la Sécurité et de l'Intérieur Pieter De Crem (CD&V) a laissé entendre, dimanche sur le plateau de RTL-TVi et au JT de VTM, que des réouvertures sont envisageables dans l'horeca même avant le 8 juin, date fixée jusqu'à présent pour le démarrage de la "phase 3" du déconfinement. 

Cela resterait lié aux conditions d'évolution de la pandémie de Covid-19, et aucune décision n'est encore prise, mais il s'agira d'éviter que le citoyen belge puisse, par exemple, aller boire une pinte aux Pays-Bas, où les cafés et restaurants peuvent rouvrir leurs portes dès le début de juin, alors qu'ils seraient encore fermés en Belgique, a-t-il expliqué en substance. 

"Il n'est pas à exclure que ce soit d'abord permis d'ouvrir les terrasses, peut-être avant le 8 juin, puis que l'on donne la possibilité aux restaurants, mais là aussi la distanciation devrait être respectée".
Pieter De Crem
Ministre de l'Intérieur

Attention au taux de reproduction du virus

"Il n'est pas à exclure que ce soit d'abord permis d'ouvrir les terrasses, peut-être avant le 8 juin, puis que l'on donne la possibilité aux restaurants, mais là aussi la distanciation devrait être respectée", a ajouté le ministre au micro de RTL-TVi . "Une ouverture au 2 ou 3 juin n'est pas à exclure, si toutes les conditions sont remplies", a-t-il encore dit, pointant que le "taux de reproduction" du virus est particulièrement tenu à l'œil par les autorités. Ce taux de reproduction représente la moyenne de personnes qu'un citoyen porteur du coronavirus va à son tour contaminer.

 

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Le porte-parole interfédéral de la lutte contre le coronavirus, Yves Van Laethem, avait encore prévu il y a deux semaines que ce taux allait sans doute repartir à la hausse avec l'intensification des contacts sociaux, mais qu'il était important de le maintenir sous 1. "Il a augmenté de 0,5 à 0,9. S'il revient à 1 ça veut dire que l'incidence de la pandémie augmente", a mis en garde Pieter De Crem dimanche.

Ce dernier affirme, par ailleurs, ne pas exclure non plus une réouverture des lieux de culte d'ici à la Pentecôte (31 mai).  On ne sait pas, en revanche, comment de telles décisions seraient prises, le prochain Conseil national de sécurité ayant été annoncé pour le 3 juin prochain. Il s'agira alors de discuter surtout des "secteurs culturel, sportif et de l'horeca", précisait-on vendredi dernier. 

"Si l'on ne fait rien, ce sont 20.000 jobs qui passeront à la trappe".
Matthias De Caluwe
Responsable d'horeca Vlaanderen

Pression en Flandre

Depuis que l'on sait que les restaurants et les cafés pourront ouvrir à nouveau aux Pays-Bas le 1er juin, la pression monte en Flandre. La fédération flamande de l'horeca appelle à la clarté pour les plus de 60.000 exploitants d'un hôtel, d'un café ou d'un restaurant en Flandre. "Cela doit être cette semaine", a déclaré Matthias De Caluwe au journal De Zondag. "Si l'on ne fait rien, ce sont 20.000 jobs qui passeront à la trappe". Toerisme Vlaanderen s'est joint à cette demande du secteur horeca. 

 

Le prochain Conseil national de sécurité se déroulera le 3 juin, mais pour le responsable du secteur horeca en Flandre, attendre jusqu'à cette date n'est pas une option. Les premières estimations font état d'une perte de 3,9 milliards d'euros pour le secteur horeca si les fermetures sont maintenues jusqu'au 8 juin. Selon un sondage, il apparaît que 6 employeurs sur 10 du secteur horeca en Flandre ont l'intention de licencier du personnel. "Notre secteur allait déjà mal avant la crise du Coronavirus. Sans un paquet de mesures supplémentaires, les conséquences seront immenses", a encore précisé Matthias De Caluwe. 

Pour ce dernier, si rien ne bouge, il faut s'attendre à un nombre de licenciements oscillant entre 20.000 et 36.000 au cours des douze prochains mois. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés