Publicité

La Bastoche est en faillite

Faute d'avoir pu redresser la barre, la Bastoche, est en faillite. ©Tim Dirven

Après avoir échoué à se mettre en PRJ, la Bastoche avait été mise en vente. L'affaire ne s'est pas faite et l'établissement, bien connu des habitués du quartier du cimetière d'Ixelles, a été déclarée en faillite.

Fin de parcours pour la Bastoche, cet établissement bien connu des habitués du cimetière d'Ixelles. Après avoir échoué à se mettre en réorganisation judiciaire, l'établissement était à vendre, écrivions-nous encore au début du mois de mars, une semaine avant le confinement. Il semble que la crise du coronavirus n'a rien arrangé et il n'y a pas eu de repreneur. D'après nos informations, le restaurant a été déclaré en faillite

À la fin du mois d'octobre dernier, le gérant du restaurant, qui venait de reprendre 100% des parts de la société, affichait sa confiance, à l'heure d'envisager le retour à meilleure fortune. Il avait revu les prix de la carte à la hausse, il avait licencié un travailleur et s'était engagé à vendre une maison à la mer du Nord qui, curieusement, faisait partie de la société. Sur base de ces engagements, le tribunal de l'entreprise francophone de Bruxelles lui avait accordé un premier sursis

"Le gérant se servait dans la caisse de la société. On a vu des traces de dépenses d'ordre privé à Courchevel dans le courant du mois de janvier."
Cédric van Zeeland
Juge-délégué

En cours de procédure, le juge délégué Cédric van Zeeland avait rappelé l'affaire devant le tribunal après avoir constaté que les bilans déposés au moment de l'ouverture de la PRJ n'étaient pas corrects et que les versions de ces bilans avaient varié au fil des mois. Mais il y avait plus grave. "Le gérant se servait dans la caisse de la société. On a vu des traces de dépenses d'ordre privé à Courchevel dans le courant du mois de janvier", avait alors expliqué le juge délégué au tribunal. Il avait alors rappelé l'affaire à la barre pour mettre fin à la PRJ de façon anticipée

Saisie des comptes

Alerté de la situation, le parquet de Bruxelles avait fait saisir les comptes de la société et du gérant. "On ne peut pas accepter que quelqu'un s'accapare les actifs de la société alors que, dans le même temps, on demande aux créanciers de la société de patienter", avait déclaré le représentant du ministère public.

Face à cela, l'avocat de l'établissement avait annoncé son intention de mettre l'établissement en vente. L'affaire ne s'est pas faite et la Bastoche n'a eu d'autre choix que faire aveu de faillite. L'avocate Emmanuelle Bouillon (Janson) a été nommée curatrice. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés