La chaîne belge Be Burger va ouvrir 40 restaurants d'ici 2020

©Be Burger

Le créneau du burger de qualité, les fondateurs de Be Burger y croient à fond. Et comme ils ont les fonds…

Comme le consommateur attache de plus en plus d’importance à la qualité et à l’authenticité, le burger "premium" a de l’avenir. Un burger préparé par un "top chef" au départ des meilleurs ingrédients… Ce constat, Roland Debuyst et Sébastien de Messemaeker l’ont non seulement adopté, mais ils l’ont également amplifié en combinant leurs expériences et leurs idées. L’ouverture de leur premier restaurant "Be Burger" à Zaventem en décembre dernier n’était que la première étape d’un plan de développement beaucoup plus ambitieux.

Les deux compères, qui allient l’expérience de chef étoilé et Bocuse d’argent du premier et celle de propriétaire de salles de fitness du second, viennent de déposer les statuts de cinq nouvelles sociétés: à chacune correspond la mise en chantier d’un nouvel établissement à l’enseigne Be Burger, situé dans un endroit de choix.

Au menu, on trouve Waterloo (chaussée de Bruxelles, au cœur de la commune), Ixelles (rue du Luxembourg), Stockel (place Dumon), Bruxelles-Ville (place Saint-Catherine) et Malines (IJzerenleen). L’établissement de Waterloo ouvrira ses portes le 16 août, Stockel et Ixelles suivront en octobre ou novembre, puis ce sera le tour de Malines en décembre. Le restaurant place Sainte-Catherine, qui fera face au "Noord Zee", sera étrenné au début de l’an prochain.

Et ce n'est pas tout

"Nous sommes là pour montrer que la qualité a du sens."
Sébastien de Messemaeker
cofondateur de be burger

Dans le courant de 2017, six autres emplacements seront également décorés aux couleurs de ce qui est en train de devenir une véritable chaîne du burger de qualité: le mouvement commencera par Wemmel, où le bâtiment est déjà réservé. Il se poursuivra dans quelques grandes villes du pays. Leur liste n’est pas encore arrêtée, mais Bruges, Gand et Hasselt devraient y figurer, de même que Namur.

"Notre but est de devenir leader des burgers premium en Belgique, confie Sébastien de Messemaeker. Nous avons l’argent, l’envie et l’expertise. Nous voulons faire plaisir, challenger et stimuler la diversité tout en s’amusant. C’est un beau projet d’avenir. Les fast-foods classiques sont occupés à se manger les uns les autres et ont de plus en plus difficile à se développer. Nous revenons au système où les gens veulent du vrai: du vrai pain, de la vraie viande, avec de vrais ingrédients."

©Be Burger Zaventem

Be Burger promet au consommateur de mettre les bouchés doubles en sélectionnant de la viande de race black angus écossais, des petits pains préparés par une boulangerie artisanale renommée, des sauces et des légumes de qualité, et en confiant les recettes au talent créatif de Roland Debuyst. Les premiers résultats engrangés du côté de Zaventem semblent au rendez-vous, puisque le groupe est dans les clous du business plan.

Objectif 400 emplois

L’ambition est élevée: "L’idée est d’ouvrir quarante établissements d’ici 2020, dont vingt en Belgique, explique Sébastien de Messemaeker. À l’étranger, nous songeons à la Suisse, au Grand-Duché, à la France, mais aussi à des destinations émergentes comme la Russie ou la Hongrie." à fin 2017, la chaîne comptera déjà douze restaurants. "Nous voulons nous développer à grande échelle tout en conservant l’âme d’une épicerie. Nous sommes là pour longtemps et pour montrer que la qualité a du sens."

20 millions €
D’ici cinq ans, le groupe devrait totaliser quelque quatre cents emplois et avoir investi pour plus de vingt millions d’euros.


L’investissement dans chaque nouvel établissement tourne entre 500.000 et 700.000 euros. Il faut compter une dizaine d’emplois temps pleins par unité, outre les "part-time" et les indépendants (nettoyage…). D’ici cinq ans, le groupe devrait totaliser quelque quatre cents emplois et avoir investi pour plus de vingt millions d’euros. Impressionnant.

©Be Burger

Pour se donner les moyens de leur projet, les deux fondateurs ont revendu 50% de leur concept à FPB Invest, une société d’investissement familiale privée. "Ce ne sont pas juste des investisseurs, précise Sébastien de Messemaeker. On reçoit un support fort de leur part." A la tête de ce holding œuvrent Frédéric Paul et Yves Désiront. Le premier a entre autres faits d’armes le déploiement d’un réseau de crèches en France, Les petits Chaperons Rouges (225 établissements tout de même), le deuxième a travaillé notamment au service d’Albert Frère.

©Be Burger Zaventem

FPB Invest détient 50% de la société Be Burger SA, tandis que Roland Debuyst et Sébastien de Messemaeker en possèdent chacun 25%. Be Burger SA est elle-même le principal actionnaire de chacune des sociétés d’exploitation des restaurants. La structure offre une certaine souplesse au plan comptable. Un peu comme une organisation de franchisés – un modèle dont ne veulent pas les pères de Be Burger, car ils tiennent à rester à la tête du navire en tout lieu. Dans le même souci de cohérence, ils vont ériger l’établissement de Stockel en centre de formation, aussi bien pour leurs cuisiniers que pour leurs serveurs. La qualité, ça se soigne à tous les étages.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n