Le fonds belge M80 vient au secours du Pain Quotidien

La crise du coronavirus a aggravé les diffcultés du Pain Quotidien ©Kristof Vadino

Ce jeune fonds de private equity prend une participation majoritaire dans une nouvelle entité qui gérera, entre autres, les activités belges et françaises de l'enseigne. Cobepa, principal actionnaire de "l’ancien" Pain Quotidien, détiendra une grosse minorité.

L’opération de sauvetage du Pain Quotidien se poursuit. Affectée par la crise du coronavirus et les difficultés de deux de ses plus gros marchés, les États-Unis (90 points de vente) et la Grande-Bretagne (26), en raison notamment de loyers élevés, la chaîne de boulangeries-tables d’hôtes s’est, on le sait, tournée vers le Tribunal de l'entreprise de Bruxelles pour se mettre à l'abri de ses créanciers par le biais de la procédure de réorganisation judiciaire.

Dans la foulée, on apprenait que la master franchise pour les États-Unis avait été reprise par le groupe américain Aurify Brands, actif dans le développement horeca et présent notamment dans la chaîne de fast food haut de gamme Five Guys, connue pour être fréquentée par un certain Barack Obama. Ce groupe aurait l’intention de réduire de moitié la présence géographique du Pain Quotidien au pays de l’oncle Sam.

Pain Quotidien bis

En attendant, les choses bougent pour la maison mère. Comme L’Echo le laissait pressentir voici une dizaine de jours, le Pain Quotidien avait en effet un plan dans ses cartons dont on ne connaissait que vaguement les contours. Ce plan nous a été confirmé par ses auteurs. Concrètement, et pour autant que le Tribunal de l’entreprise donne son feu vert, le fonds d’investissement belge M80 prendra une participation majoritaire dans une nouvelle entité, une sorte de Pain Quotidien bis, dans laquelle Cobepa (qui détient 43% de "l’ancien" Pain Quotidien, PQ Licensing) détiendra une minorité substantielle, le tout via la société Brunchco21, tout récemment créée.

Seront logés dans ce "nouveau" Pain Quotidien la marque mondiale, l'atelier de production du pain, Le Pain Quotidien Belgique et Le Pain Quotidien France (les points de vente détenus en propre) ainsi que les contrats avec les masters franchisés. Le duo prévoit d'investir plusieurs millions d'euros dans la relance de la chaîne. Cet argent servira essentiellement au digital et au développement des commandes en ligne.

Le duo M80-Cobepa prévoit d'investir plusieurs millions d'euros dans la relance du Pain Quotidien.

Un ancien CEO

Le Pain Quotidien n'est pas totalement inconnu de M80. Pieter Vermeersch, l'un des partenaires du jeune fonds, y a travaillé pendant huit ans, assurant notamment le déploiement international de la franchise. Pendant un an (2015-2016), il a également dirigé la filiale belge. Relativement peu connu, le fonds M80 a été créé récemment - fin 2018 - par des anciens de la Gimv et par le serial entrepreneur José Zurstrassen. Il a comme stratégie d’investir entre 10 et 40 millions d’euros par transaction. L’investissement dans le Pain Quotidien est sa sixième opération d’envergure après Theuma (fabrication de portes en bois), Gandi.net (enregistrements de noms de domaines), Eurodommages (courtier en assurances), Strapharm (compléments alimentaires) et Spantech, spécialisée dans des structures temporaires (des chapiteaux) de grande capacité.

10 à 40 millions d'euros
par opération
Le jeune fonds M80 a comme stratégie d’investir entre 10 et 40 millions d’euros par transaction.

Il semble peu probable que l'actuel PDG Vincent Herbert reste dans la nouvelle structure. En revanche, les nouveaux propriétaires veulent garder à bord Alain Coumont, le fondateur et le moteur du Pain Quotidien. Quant aux autres actionnaires de "l'ancien Pain Quotidien", ils n'ont pas pu ou n'ont pas voulu poursuivre l'aventure. Ils se retrouvent avec des actions dans une entreprise, PQ Licensing, qui n'a plus que des dettes, Cobepa ayant racheté toutes les dettes bancaires (qui s’élèvent à 80 millions selon ses derniers résultats), et qui sera liquidée. Ils voient donc leur investissement s'envoler.

Quelques mois avant la réorganisation, les actions étaient réparties comme suit. Outre Cobepa (43% des parts), la société avait pour actionnaires la famille Josi (Jean-Marie Laurent Josi, CEO de Cobepa), Emiel Lathouwers (ex-AS Adventure), le duo Tony Vandewalle-Bart Van Vooren (ex-O'Neill Belgium) et Alain Coumont. Vincent Herbert aurait également détenu une petite participation.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés