Publicité
Publicité

Le Guide Michelin Belgique 2022 ne sera plus que numérique

©AFP

C’est une petite révolution pour les gourmets/gourmands du pays : le prochain Guide Rouge, le célèbre Michelin dédié à la Belgique et au Luxembourg, ne sera pas imprimé mais seulement proposé en numérique. Il est vrai que la baisse de ses ventes est devenue abyssale.

"Afin de fournir aux gastronomes les recommandations les plus récentes actualisées, la sélection 2022 du Guide Michelin Belgique/Luxembourg sera à découvrir et à retrouver en version numérique seulement." Voilà le communiqué officiel reçu du manufacturier auvergnat. Inutile d’en savoir davantage, d’en connaître les vraies raisons.

Mais, à l’instar du Guide 2021 Pays-Bas (qui ne fut proposé que numériquement), il n’est guère difficile de les connaître. L’impression a un prix guère rentabilisé par des ventes en forte baisse. En cause, évidemment, la concurrence des commentaires sur les réseaux sociaux fort appréciés des jeunes foodistas estimant le Michelin (et d’autres guides référentiels) quelque peu poussiéreux.

Des ventes à la baisse 

Des ventes "papier" en baisse ? À défaut de connaître celles du Guide Belux, celles du Guide Michelin de référence, celui de son pays d’origine, sont éloquentes. De 600.000 exemplaires vendus en 1989,  le Michelin France est passé à 124.000 en 2005, à 52.000 en 2017 et un peu plus de 43.000 en 2019 selon edistat.com. Soit une chute de 70% entre 2007 et 2019 d'après Livres Hebdo/GFK.

43.000
exemplaires
En France, le tirage du Michelin est passé de 124.000 exemplaires en 2005 à 43.000 en 2019.

Lorsque Gwendal Poullennec arrive à la tête des Guides Michelin, une de ses priorités est de développer leur évolution numérique et de multiplier les déclinaisons. Après les États-Unis (New York, San Francisco), il attaque le marché asiatique très porteur. Bien vu. En 2007, le Guide Michelin Tokyo bat des records de ventes : 500.000 exemplaires vendus en quelques jours. Depuis, la capitale japonaise est devenue la ville la plus étoilée du monde. Avant Paris. Macao, Osaka, Singapour, Séoul, Shanghai, Bangkok… Autant d’autres villes d’Asie qui intéressent Michelin… Et qui financent l’opération.

Un guide plus que centenaire

Le premier Guide Michelin, dédié naturellement à la France, est sorti en 1900. Et le premier consacré au Benelux, en 1904. L’édition 1932-1933 verra apparaître l’attribution des étoiles.

En 2005, ce dernier tire encore à 50.000 exemplaires. Mais, fait unique dans l’histoire de Michelin, il est retiré de la vente après quelques jours. C’est qu’il comporte une "erreur" concernant l’attribution d’un Bib gourmand. "Tel un paquebot dominant plage et mer, ce nouveau concept qui rend les honneurs à Neptune, fera certainement des vagues." Des vagues, il y en a eu effectivement. Car le restaurant Ostend Queen n’était pas encore ouvert lorsque le Guide de cette année était déjà à l’impression. Donc pas visité. "Un repas soigné à prix modéré", pouvait-on encore lire en guise de commentaire. Il aura fallu attendre deux mois avant la sortie et sa disponibilité en librairie…

Le premier Guide Michelin dédié au Benelux est sorti en 1904.

Mariage de raison

Si le numérique a eu raison du célèbre Guide rouge, il a aussi amené Bibendum à nouer des alliances. Comme celle avec le numéro un mondial de l’avis des consommateurs en ligne, l'incontournable Tripadvisor. Le groupe américain, qui possède également "The Fourch", un site de réservation des restaurants, s’est en effet associé à Michelin. "Un mariage de raison" pour le Guide. Celui-ci y publie les recommandations de ses inspecteurs à côté des commentaires des consommateurs publiés par Tripadvisor. Curieux mariage

Le résumé

  • Le prochain Guide Rouge, le Michelin dédié à la Belgique et au Luxembourg, ne sera pas imprimé mais seulement proposé en numérique.
  • Les ventes de l'édition papier sont en chute libre
  • Les Guide a noué un partenariat plutôt contre nature avec Tripadvisor.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés