portrait

Les pères fondateurs du wok à la sauce belge

L'enseigne YouWok ouvre son dixième restaurant. Ses cofondateurs, Nicolas Bourgeois-Legrain et Aydin Bakar, songent à lever des capitaux pour accélérer la cadence.

Cinq ans, c'est le temps qu'il aura fallu au Français Nicolas Bourgeois-Legrain et au Belge Aydin Bakar pour bousculer les codes de la nourriture asiatique à emporter avec l'enseigne YouWok.

Leur recette? Un wok ultra-personnalisable, fort de plus de 250 combinaisons, accessible au plus grand nombre grâce à des prix allant de 4,90 à un peu plus de 20 euros, le tout saupoudré d'une bonne dose d'"American vibe", avec des plats que l'on peut déguster en marchant ou assis sur un banc, à l'image de ce que l'on peut rencontrer un peu partout aux États-Unis aujourd'hui.

Le profil

  • Le Français Nicolas Bourgeois-Legrain a fait ses armes dans le retail. Le Belge Aydin Bakar a démarré dans l’horeca.
  • Ils lancent ensemble YouWok en 2016.
  • Le concept prend. En 2019, il pèse 6 millions d’euros de chiffre d’affaires pour 40 emplois.
  • Un dixième restaurant ouvre en 2021.
  • L’enseigne est présente aussi bien à Bruxelles qu’en Wallonie et en Flandre.

Fort de la belle progression de leur activité ces dernières années et d'un relatif maintien depuis la crise du coronavirus, Nicolas Bourgeois-Legrain et Aydin Bakar viennent d'ouvrir un dixième restaurant au sein du centre commercial Docks Bruxsel. L'enseigne belge était déjà présente dans des zones commerçantes à Louise, Anderlecht et de Brouckère pour Bruxelles, ainsi qu'à Tournai, Charleroi, Namur et Liège pour la Wallonie et à Courtrai et Anvers pour la Flandre.

Une belle success story pour les deux jeunes entrepreneurs, mais qui comportait son lot de risques au démarrage. Nous sommes en 2016. L'Europe est à la traîne par rapport au pays de l'Oncle Sam. C'est le déclic pour le duo qui se rencontre autour d’un café.

Aydin lâche le tablier de la brasserie qu'il tenait à proximité de la place du Luxembourg, fort d'une expérience préalable à La Maison du Bœuf, le restaurant de l'ex-Hilton devenu depuis The Hotel; Nicolas, lui, se lance dans l'aventure en parallèle de son business de cigarette électronique et d'e-liquid made in France, AlterSmoke.

-30%
Porté par le take-away et, dans une moindre mesure, la livraison à domicile, YouWok n'a perdu que 30% de chiffre d'affaires sur 2020.

La sauce prend. Vite. Avec une belle rentabilité pour la chaîne, comme pour tous ses restaurants pris individuellement d'ailleurs. Le développement se fait en fonds propres. YouWok en arrive à peser quelque 6 millions d'euros de chiffre d'affaires pour une quarantaine d'emplois à la veille de la crise sanitaire. Aujourd'hui, le coup accusé dans les ventes est de l'ordre de -30% sur 2020, avec une réduction de la voilure à une bonne trentaine d'employés.

Qu'à cela ne tienne. L'appétit est toujours là, dopé par l'engouement du take-away, où la chaîne se démarque par rapport à ses concurrents qui vivent aujourd'hui surtout de la livraison à domicile. "On vise à doubler de taille", avance Nicolas Bourgeois-Legrain. À quel rythme? "On a réalisé dix ouvertures sur les quatre dernières années, ce qui donne une idée."

"On vise à doubler de taille à moyen-terme."
Nicolas Bourgeois-Legrain
Cofondateur de YouWok

L'enseigne pourra en ce sens bénéficier d'un produit facile, car se conservant bien et restant bien chaud assez longtemps. De même, ses restaurants ont été "conçus pour être très flexibles et pouvoir fonctionner avec une ou deux personnes seulement", souligne Aydin Bakar.

Les neuf premières enseignes ont été ouvertes en propre. La dernière fonctionne en tant que projet pilote de franchise.

Une levée de fonds n'est pas exclue pour accélérer le déploiement de la chaîne, qui fait désormais face à une concurrence nouvelle arrivée de France, avec par exemple la nourriture thaï de la chaîne de restaurants Pitaya, les poke bowls hawaïens de Pokawa ou encore les makis japonais de Makisu.

Nom, c'est non!

Quand les deux fondateurs se lancent en 2016 se pose la question d'un nom. "YouWok"? Leurs proches sont unanimes: non, "trop simple". Ils font la sourde oreille et décident tout de même de partir sur cette appellation.

Lancement téléphoné

Si les deux hommes ont pu se rencontrer, c'est parce que le bureau de Nicolas était dans la même rue que la brasserie où travaillait Aydin. Chaque midi, Nicolas venait donc y manger et Aydin l'entendait parler au téléphone du développement de franchises dans ses cigarettes électroniques. Un jour, la coupe est pleine: Aydin l'aborde. L'histoire de YouWok démarre.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés