Malgré la caisse blanche et les flexi-jobs, le travail au noir ne diminue pas

©Photo News

Les contrôles de l’inspection sociale effectués l’an dernier ont débouché sur des infractions dans 43% des cas, c’est à peine un point de pourcentage de moins qu’en 2016.

La caisse blanche et les flexi-jobs, vraiment efficaces pour lutter contre le travail au noir? Rien n’est moins sûr. Les contrôles de l’inspection sociale effectués en 2017 ont relevé des infractions dans 43% des cas, soit un point de pourcentage de moins qu’un an plus tôt, selon les chiffres du service d’information et de recherche sociale (Sirs), relèvent de Standaard et Gazet van Antwerpen. En 2015, soit avant l’introduction de la caisse blanche et des flexi-jobs, un peu moins de la moitié des commerces étaient en infraction.

29.418
flexi-jobbers
Sur le total 33.551 flexi-jobbers, 29.418 le sont dans la restauration.

Pour le cabinet du secrétaire d’Etat à la Lutte contre la fraude sociale, Philippe De Backer, le secteur de l’horeca est devenu "plus blanc" puisque son chiffre d'affaires a progressé et que la masse salariale officielle a augmenté de 241 millions d'euros en deux ans. L'année dernière, l'ONSS a gagné 20 millions d’euros supplémentaires grâce aux flexi-jobs.

→ Avec 3.500 inspections par an, le secteur de la restauration est le secteur le plus contrôlé.

Philippe De Backer (Open Vld) a encore souligné la semaine dernière le succès des flexi-jobs. Sur le total 33.551 flexi-jobbers, 29.418 le sont dans la restauration.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content