Publicité

Pour sortir de la crise, Aramark doit se réinventer

Stijn Crombé. ©Wim Kempenaers

Pour sortir de la crise, Aramark s'est allié à des partenaires pour proposer toute une série de services à domicile.

S'il est un secteur qui a souffert de la pandémie provoquée par le coronavirus, c'est bien celui de la restauration dans les collectivités. Au cours de cette crise qui a connu deux confinements et qui a érigé le télétravail en nouveau mode de vie, les trois principaux acteurs de ce secteur ont dû se défaire de plus de 1.000 travailleurs afin de tenter de sauver ce qui pouvait l'être encore.

Lors de la crise, Sodexo, le numéro un du secteur, a dû licencier 380 travailleurs, contre 550 pour Compass, le numéro deux du secteur et 130 travailleurs pour Aramark, le troisième acteur du marché en Belgique. Ce dernier est le premier à tirer et à présenter une nouvelle formule pour se réinventer.

"Nous ne changeons pas de métier, nous restons des experts dans le domaine de la food, mais nous avons décidé de nous unir avec une série de partenaires pour proposer d'autres services."
Stijn Crombé
CEO d'Aramark

"Nous ne changeons pas de métier, nous restons des experts dans le domaine de la food, mais nous avons décidé de nous unir avec une série de partenaires pour proposer d'autres services", nous a expliqué Stijn Crombé, le CEO d'Aramark. L'objectif clairement affiché du numéro trois du secteur est de devenir un facilitateur d'accès pour les employeurs en termes de services.

Après avoir fait le tour de la question et sondé le marché, Aramark a décidé de lancer une plateforme de services afin de "faciliter la qualité du (télé)travail". Stijn Crombé l'a compris et n'hésite pas à le reconnaître: on ne reviendra plus jamais à la situation telle qu'elle existait avant. "Nous avons été obligés de nous réinventer et la crise du Coronavirus est clairement à l'origine de ce nouveau produit", nous a encore expliqué le CEO d'Aramark.

Cinq partenaires

Globalement, les employeurs qui le souhaitent pourront proposer à leurs employeurs une palette de services regroupés sur la même plateforme par Aramark. Les partenaires en question sont CED (petites réparations, bricolage dans la maison), Staples (matériel de bureau), Just2Bfit (diététique et conseils en alimentation), Lease a bike (location de vélos d'entreprise) et Trixxo (nettoyage à domicile). L'idée est de permettre aux employeurs d'offrir à leurs travailleurs une formule d'abonnement facilement accessible afin de leur faciliter la vie quand ils travaillent à la maison. Pour Aramark, pas vraiment question de parler de changement de cap, il faudra seulement traiter en plus les dossiers des nouveaux partenaires de la plateforme.

"Au niveau des partznaires, on a cherché des experts et des spécialistes dans leurs domaines et qui partageaient les mêmes valeurs que nous."
Stijn Crombé
CEO d'Aramark

"Au niveau des partenaires, on a cherché des experts et des spécialistes dans leurs domaines et qui partageaient les mêmes valeurs que nous et qui ont compris l'opportunité que représentait cette plateforme", précise encore le CEO d'Aramark, avant de préciser qu'il était évident que les partenaires ne soient pas des concurrents les uns vis-à – vis des autres.

1.060
emplois
Lors de la crise, les trois principaux acteurs de la restauration en collectivité ont dû se défaire de 1060 travailleurs.

On l'a dit, la baisse de l'activité d'Aramark (comme chez ses concurrents) s'est surtout fait ressentir dans les restaurants d'entreprises à cause de la généralisation du télétravail. Concernant la restauration dans les écoles, dans les hôpitaux et dans les maisons de repos, l'activité est quasiment revenue à la normale. "On ne savait pas combien de temps la crise allait durer. On a réfléchi à des alternatives, mais on a voulu amener une solution du point de vue du bien-être en télétravail", explique le CEO d'Aramark.

La formule finalement retenue a été testée auprès de différentc clients du groupe qui se sont dits intéressés. Désormais, Aramark est prêt à commercialiser cette nouvelle offre et espère décrocher ses premiers contrats dans les semaines à venir.

Le résumé

  • Frappé de plein fouet par la crise du Corornavirus, les entreprises actives dans la restauration en collectivité ont dû licencier.
  • Même si l'activité a repris, le télétravail a probablement définitivement changé la donne.
  • Pour s'en sortir, les acteurs du secteur vont devoir - en partie - se réinventer.
  • Aramark, le premier à tirer, s'est allié avec des partenaires pour proposer un panel de services à domicile.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés