Pret A Manger va débarquer à Bruxelles

Comptant plus de 500 établissements dans le monde, la chaîne britannique de restauration rapide "de qualité" va ouvrir prochainement deux premiers restaurants à Bruxelles, un à la gare du Midi et un second à la gare Centrale.

Le paysage déjà bien encombré de la restauration rapide va s’enrichir d’un nouvel acteur en Belgique. Après, entre autres, l’arrivée de Burger King et le retour Kentucky Fried Chicken, cette fois c’est la géant Pret A Manger qui s’apprête à débarquer chez nous.

Selon nos informations, confirmées à bonnes sources, l’enseigne d’origine britannique (530 points de vente dans 9 pays) va ouvrir au début du mois d'août ses deux premiers points de vente à Bruxelles, un à la gare du Midi en face des terminaux Thalys et Eurostar (à la place du Sam’s café) et un second à la gare Centrale. Au siège londonien de la chaîne, on nous confirme "étudier des opportunités de développement à Bruxelles". Après avoir essaimé un peu partout dans le monde, Pret A Manger se devait d'être présente dans la capitale de l'Europe.

A la manœuvre, on trouve le britannique SSP, un groupe spécialisé dans la restauration de voyage (aéroports, gares). Actif dans dix-sept pays, dont la Belgique, avec plus de 1.900 points de vente, il exploite ses propres enseignes (Le Grand Comptoir, Upper Crust, Ritazza) et détient la franchise, dans certains pays, de quelques grands noms comme Burger King et Starbucks ainsi que de marques locales. En Belgique, SSP exploite une quarantaine de points de vente, sous les logos de Panos, The Coffee Club, Deliway et Alto Caffee. Employant près de 280 personnes chez nous, SSP a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 40 millions d’euros et un bénéficie de 2,2 millions. 

Success story

Pret A Manger a quant à elle été créée en 1986 au Royaume-Uni par deux étudiants de l’Ecole Polytechnique de Londres. Lassés d’avaler chaque midi une nourriture industrielle et fade, ils décidèrent de lancer une offre de restauration rapide mais fraîche, saine et équilibrée. Sandwiches, soupes, salades, wraps…: toutes les recettes sont préparées en magasin et les invendus sont cédés à des associations caritatives. De quoi séduire une clientèle urbaine et pressée, mais fatiguée des fast food traditionnels. 

Le succès sera assez rapide et les ouvertures vont se succéder. Au point que, paradoxalement, le géant du fast food McDonald’s va s’intéresser à l’affaire. En 2001, il rachète 33% du capital avant de revendre cette participation en 2008 au fonds Bridge Capital qui allait reprendre la totalité du groupe pour 500 millions d’euros. Dix ans plus tard, ce dernier revendait l’enseigne plus de trois fois plus cher (1,7 milliard d’euros) au fonds luxembourgeois JAB Holdings.

Lors de la transaction en mai 2018, Pret A manger comptait donc 530 points de vente dans le monde, essentiellement au Royaume-Uni (381 magasins) ainsi qu’aux Etats-Unis (92), à Hong Kong (26), en France (24), en Chine (2), à Dubai (2), au Danemark (2), à Singapour (1) et aux Pays-Bas (1). L’ensemble a généré en 2017 un chiffre d’affaires de 879 livres (un milliard d’euros au taux actuel).

Le profil de Pret A Manger fait un peu penser au belge Exki qui ouvrira dans quelques semaines à Cologne son centième restaurant. Pas étonnant, puisque ses fondateurs n’ont jamais caché que l’enseigne britannique les avait inspirés lors de la création d’Exki début 2001. Ils semblent accueillir cette arrivée avec une certaine sérénité. "Ils possèdent quelques points de vente près des nôtres à Paris, mais nous n’en souffrons pas, d’autant que notre carte est plus large, assure Frédéric Rouvez, cofondateur d’Exki, nous constations en fait que chacun s’est constitué sa propre clientèle."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect