portrait

Rudy Vanlancker, de Bruxelles à Tokyo

Rudy Vanlancker, le patron de Chez Léon, veut ouvrir un restaurant à Tokyo. Avant de se déployer en Asie...

L'heure de la retraite n'a pas encore sonné pour Rudy Vanlancker, le représentant de la cinquième génération derrière les fourneaux de Chez Léon, cette célèbre enseigne de l'îlot sacré, spécialisée dans les moules. Bien entendu, la crise du Covid est passée par là et elle a fait des dégâts. Le patron, qui a pu compter sur le soutien de l'ensemble de ses partenaires, a dû se résoudre à licencier des travailleurs. Mais il garde le cap. Et voit loin. Très loin, même. Dans les semaines à venir, il compte reprendre des discussions entamées en 2019 afin d'ouvrir un restaurant Chez Léon, à Tokyo.

Copie conforme au Japon

À l'origine, un restaurant Chez Léon - copie conforme de l'établissement de la rue des Bouchers - aurait dû ouvrir ses portes à Tokyo pour les Jeux Olympiques de 2020, mais la pandémie mondiale provoquée par le coronavirus a eu raison des rêves asiatiques de Rudy Vanlancker. Pourtant, ce dernier avait gardé l'idée dans un coin de sa tête et il s'apprête à relancer le processus. Si tout se déroule comme prévu, un établissement Chez Léon pourrait ouvrir ses portes au Japon d'ici à 2022-2023. "Pour moi, l'avenir de Léon de Bruxelles est en Asie", nous a expliqué Rudy Vanlancker, dans son restaurant encore désert à quelques jours de la réouverture tant attendue.

"En Asie, il y a un énorme potentiel de développement que l'on n'a plus dans la vieille Europe", nous a encore expliqué Rudy Vanlancker. L'affaire se fera par le biais de licences, l'idée étant que chacun reste maître sur son marché. En 2010, à l'occasion de l'Exposition universelle qui se déroulait à Shanghai, en vendant 5.000 paquets de frites par jour, Chez Léon a pu se rendre compte de la renommée de son enseigne en Asie, de quoi lui donner des idées.

Plus de lien avec la France

Au passage, Rudy Vanlancker est revenu sur cette décision du groupe Bertrand de retirer l'appellation "de Bruxelles" collée aux restaurants Léon en France. En réalité, il n'y a plus aucun lien entre la France et la Belgique et Rudy Vanlancker dit comprendre la décision des Français. L'image de Bruxelles n'est plus aussi porteuse qu'avant et le groupe Bertrand a l'intention d'élargir la gamme des produits proposés par les restaurants Léon en France. "Cela s'inscrit dans la vie des affaires. C'est un souffle nouveau avec des vrais professionnels de la restauration", explique Rudy Vanlancker qui continue à veiller sur la destinée de son restaurant bruxellois.

Enfin, concernant la prochaine réouverture des restaurants, Rudy Vanlancker ne s'attend pas à un miracle. "On travaille avec 80% de touristes, cela va mettre deux à trois ans pour que tout revienne à la normale", explique-t-il. Il ne croit pas à une déferlante de touristes dans le centre-ville cet été. Il pense revoir les touristes européens à partir de 2022 et les touristes "long-courrier" à partir de 2023. Dans ses plans financiers, Rudy Vanlancker a prévu un retour à la normale en 2024. Pas avant. Mais il est certain d'une chose, et c'est ce qui le fait tenir, les gens reviendront.

Quelques dates

  • 1893, ouverture de la friterie "Chez Léon" par Léon Vanlancker.
  • En 1982, âgé de 23 ans, Rudy Vanlancker reprend Chez Léon suite au décès subit de son père.
  • En 1989, il ouvre des restaurants à Paris avant de s'étendre un peu partout en France. Aujourd'hui, il n'a plus de lien avec la France.
  • En 2018, Rudy Vanlancker reprend "Aux Armes de Bruxelles".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés