Publicité

105 logements neufs avec vue sur parc à Molenbeek-Saint-Jean

©doc

Un important projet immobilier résidentiel porté par les entreprises bruxelloises Gillion est actuellement à l’enquête publique. Si tout se passe bien début juillet, le permis de bâtir pourrait être délivré par la commune de Molenbeek dès l’automne.

Situé le long de l’avenue Jean Dubrucq à Molenbeek, un important projet résidentiel porté par la société anonyme Gillion Development et le bureau d’architectes ucclois FORMa* est actuellement à nouveau à l’enquête publique. Un an après un premier avis exigeant des modifications, il repassera sous les fourches caudines de la Commission de concertation le 4 juillet prochain. Il intègre, dans ses retouches, une bonne vingtaine d’adaptations souhaitées, les plus importantes étant la diminution des gabarits, les ombres portées sur le voisinage et les matériaux utilisés, comme souvent.

"Nous espérons pouvoir recevoir nos permis en septembre prochain."
Jean-François Smets
Gillion Development

L’îlot urbain concerné s’étend entre le boulevard Belgica et la rue de l’Escaut, sur une largeur de 40 mètres. Il surplombe le nouveau parc de la Ligne 28 (ferroviaire), aménagé par Beliris et la Région bruxelloise en 2014 sur un terrain industriel réhabilité.

"Actuellement, le site se compose d’un premier terrain en friche, suite à la démolition de hangars industriels et d’une concession automobile (showroom et ateliers). Celle-ci occupe trois bâtiments accolés qui ne permettent plus la continuation d’une activité commerciale répondant aux normes", motivent les porteurs du projet.

Tournés vers le parc

Alors que la plupart des autres immeubles existants sont tournés vers l’avenue Dubrucq, les concepteurs ont initié un mouvement inverse en intégrant la présence du nouveau parc urbain géré par l’Institut bruxellois pour la gestion de l’environnement (IBGE) et le dégagement qu’il offre avec les voies ferrées voisines (+- 70 mètres). Le projet résidentiel va donc profiter de cet atout assez unique en ville pour se tourner vers le parc "sans empiéter sur le terrain de l’IBGE, avec lequel nous nous sommes concertés", insiste le promoteur.

Les deux immeubles-barres répartis de part et d’autre du futur clos offriront des appartements sur 4 ou 5 niveaux, rez compris. Entre les immeubles, une large ouverture donnera vue sur le parc et sur un grand jardin intérieur composé de terrasses privatives et d’un espace vert commun (336 m² en pleine terre en intérieur d’îlot). L’ensemble du programme prévoit 105 logements pour un total de 182 chambres, 121 emplacements de voiture et un commerce (88 m²). 182 emplacements de vélo sont également prévus. Tous les logements (28 studios, 76 appartements de 1 à 3 chambres ainsi qu'un appartement de 4 chambres) disposeront d’une vraie terrasse.

"Nous défendrons nos adaptations le 4 juillet prochain à la maison communale. Nous espérons pouvoir encore recevoir les permis dès septembre et entamer le chantier sans plus tarder", détaille, confiant, Jean-François Smets, en charge du développement immobilier chez Gillion.

©doc

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés