Axel Springer monte à 100% dans le capital d'Immoweb

©Wim Kempenaers (WKB)

D’après nos informations, la famille Rousseaux a cédé au groupe allemand Axel Springer les 20% d’Immoweb qu’il ne détenait pas encore. Christophe Rousseaux reste au conseil d’administration.

Après avoir acquis 80% du site Immoweb pour 127,5 millions d’euros dans le courant du mois de novembre 2012, le groupe de média allemand Axel Springer vient manifestement d’acquérir les 20% qui n’étaient pas encore en sa possession. C’est en tout cas la conclusion qui s’impose à la lecture d’un acte officiel publié récemment. On y lit que toutes les actions de la société ont été réunies entre les mains d’un seul actionnaire et que ce seul actionnaire en question est Axel Springer Digital Classifieds France SAS. Cet acte signe donc la fin de la montée en puissance du géant allemand dans le site d’annonces pour vendre ou louer des biens immobiliers, la pépite de la famille Rousseaux.

Du côté d’Immoweb, on confirme l’information du bout des lèvres. Nous n’avons pas pu contacter Christophe Rousseaux, actuel administrateur délégué de la société. Mais Valentin Cogels, le CEO d’Immoweb, a joué les intermédiaires. Et ce dernier nous a invités à la prudence quant à la lecture des événements. Oui, il y a bien eu mouvement d’actions de la famille Rousseaux vers le groupe Springer, mais, prévient le CEO d’Immoweb, une autre opération devrait suivre. Et cette fois, il devrait s’agir du rachat par Christophe Rousseaux d’une partie des actions tout juste cédées. Pourquoi? No comment. Combien? No comment. "Une partie des actions ont été vendues, les Rousseaux en gardent certaines", nous a confié Valentin Cogels, assurant que Christophe Rousseaux gardera un rôle actif au sein du conseil d’administration d’Immoweb.

©Mediafin

"Rien de neuf sous le soleil"

L’actuel CEO d’Immoweb l’assure, ces différents mouvements ne changent rien pour la société qui restera basée en Belgique. "Il n’y a rien de neuf sous le soleil, si ce n’est que nous poursuivons nos efforts pour améliorer nos services. Nous devons toujours nous battre contre cette vieille image de leader du marché. Nous cherchons toujours à renforcer notre position sur le marché", nous a encore expliqué le CEO d’Immoweb.

Ces déclarations se retrouvent dans les résultats 2016 de l’entreprise. Au terme de l’année écoulée, la société a réalisé un chiffre d’affaires de 36,1 millions d’euros, en hausse de 8% par rapport à 2015. Même tendance haussière pour le bénéfice qui s’est affiché à 24,5 millions d’euros avant impôts (16,3 millions après impôts, en hausse de 11,9%). Et ces chiffres sont à lire en parallèle d’une baisse du nombre de biens actifs enregistrés en 2016 sur le site Immoweb, un ralentissement qui s’explique par la "situation du marché de l’immobilier en Belgique en général ainsi que par une concurrence de plus en plus importante".

"Nous cherchons toujours à renforcer nos positions sur le marché."
valentin cogels
ceo d’immoweb

Dans les comptes publiés sur le site de la Banque nationale, sous le chapitre "Perspectives et politiques futures", les responsables d’Immoweb donnent le ton, entamant leur couplet sur le "marché digital des petites annonces en constante évolution". La concurrence est là, disent-ils, elle se fait de plus en plus ressentir et les concurrents essaient, par tous les moyens, de grignoter des nouvelles parts de marché en proposant des business models différents. Mais, poursuivent les auteurs de la note, "les perspectives d’avenir pour la société Immoweb sont bonnes. En 2017, nous poursuivrons nos efforts afin d’augmenter le nombre de visites", assurent-ils.

Toujours d’après les comptes publiés, 70 personnes travaillent aujourd’hui pour Immoweb. Durant des années, le site d’annonces pour vendre ou louer des biens immobiliers a été la pépite du groupe ProduPress, un groupe fondé par Christian Rousseaux, rejoint ensuite par ses deux fils, Christophe et Tanguy.

Groupe familial

Après avoir fait ses armes dans le secteur de la grande consommation (Procter&Gamble et Liebig), Christian Rousseaux a racheté le Moniteur de l’Automobile en 1976. Pendant huit ans, le fondateur a géré de front sa carrière chez Liebig et assuré le développement du Moniteur de l’Automobile. En 1984, l’activité a décollé permettant enfin au fondateur de se rémunérer. Plus tard (1991 et 1995), Christian Rousseaux rachètera Tu bâtis/Je rénove et Déco Idées ainsi que leurs équivalents flamands. En 1996, le groupe a connu une accélération digitale avec le lancement du site du Moniteur de l’Automobile. Il rachète aussi Immoweb, fondé par Stéphan Jourdain (50%), Hervé Leclercq (25%) et Edouard Janssen Van der Maelen (25%). Un an plus tard, le groupe fut rebaptisé ProduPress. Et c’est en 2002 que les deux fils de Christian Rousseaux, Christophe et Tanguy, ont rejoint le navire familial.

Ces dernières années, le groupe a perdu quelques plumes. En novembre 2012, Axel Springer a ouvert le bal en s’offrant 80% d’Immoweb. En mars 2014, c’est le magazine Tu bâtis/Je rénove et son pendant flamand qui ont été cédés au groupe de presse Roularta. Enfin, à l’automne 2015, le magazine Deco Idées est tombé dans l’escarcelle d’Edition Ventures, une société familiale basée à Lasne. Aujourd’hui, ProduPress se concentre sur le Moniteur de l’Automobile. Nous avons tenté, sans succès, de joindre Tanguy Rousseaux, qui gère le volet "papier" du groupe.

Du côté d’Alex Springer, l’heure du regroupement a sonné. La semaine dernière, le groupe a annoncé sa volonté de racheter le site Logic Immo et de le loger dans la société qui vient de réunir les actions d’Immoweb.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect