Besix et A-Star s'unissent pour créer une nouvelle chaîne hôtelière "smart"

La nouvelle holding A-Star, conjointement pilotée par les deux partenaires, construira et gérera 7.000 unités de logement dans 35 villes au cours des cinq prochaines années. Baptisée A-Stay, la nouvelle enseigne ouvrira d’abord près d’Istanbul puis à Anvers.

On ne fait décidément rien comme ailleurs durant le Mipim cannois, le salon international des professionnels de l’immobilier. C’est donc sur le pont du Baltic Sea, un sympathique yacht amarré au bout du bout du port Pierre Canto, que les deux nouveaux partenaires belges ont annoncé leur union, qu’ils prédisent durable. "On n’a pas gardé cela secret des semaines pour le Mipim: on a signé cet accord ce week-end. C’est tout frais. Mais maintenant, nous allons décliner rapidement le concept dans 35 lieux connectés, comme le seront nos chambres: celles-ci identifieront nos clients où qu’ils se rendent dans la chaîne hôtelière grâce à des systèmes de reconnaissance faciale et digitale. Nous allons rendre 'smart' et plus professionnel le concept Airbnb à travers le monde, où que vous voyagiez", explique Rik Vandenberghe, le CEO de Besix.

"Les quatre premiers sites d’implantation sont identifiés: il s’agit d’Anvers et Diegem, Bursa près d’Istanbul et Chisinau en Moldavie."
Ben Van Loo
président et fondateur d’A-Star

"Nous avons déjà commencé à décliner le concept d’habitat urbain A-Stay il y a plusieurs mois. Les quatre premiers sites d’implantation sont identifiés: il s’agit d’Anvers et Diegem, Bursa près d’Istanbul et Chisinau en Moldavie. Les 55 premiers studios ouvriront à Bursa dès septembre, suivis par les 192 studios d’Anvers mi-2019. Mais grâce à nos expertises croisées, nous allons désormais décupler notre force de tir", embraie Ben Van Loo, l’actuel président et fondateur d’A-Star, qui avait été à la base de la création de Xior Student Housing avant de reprendre ses parts pour lancer le concept A-Stay.

A la carte

"Le client ne paiera que ce qu’il voudra et il en aura pour son argent", précise Rik Vandenberghe, décidément en verve un an à peine après avoir quitté la tête d’ING Belgique. Dans les 7.000 studios équipés de +-18 m² bientôt répartis à travers le monde, les opérateurs choisis par les deux partenaires belges proposeront des séjours d’une nuit à un an; mais aussi des espaces communs conviviaux avec restauration accessible 24h/24. Grâce à la technologie A-Stay, chaque hôte pourra définir précisément ses besoins d’un simple clic sur son smartphone ou autre appareil connecté, de la réservation à l’enregistrement, avec la possibilité de personnaliser la chambre avec le niveau de services sur mesure qu’il est prêt à payer.

La technologie s’étendra au système de gestion immobilière développé en interne, qui établit de nouvelles normes d’efficacité opérationnelle pour tout ce qui concerne la gestion des biens, y compris la gestion de toutes les chambres intelligentes dans chaque propriété. Les parties communes situées au rez-de-chaussée offriront de quoi se restaurer ("mur de nourriture", distributeurs et réfrigérateurs automatiques), une laverie, des salles de fitness et de réception, des "cosy corners" et des jardins. "On veut vraiment se démarquer des halls de réception anonymes des hôtels classiques", insiste qu’Eric Thoelen, l’actuel CEO d’A-Star, lui aussi récemment sorti du secteur bancaire.

Partenariat double

Le partenariat de co-investissement à 50/50 entre Besix Group et A-Star sera logé dans une nouvelle holding elle aussi baptisée A-Star Group. Rik Vandenberghe en sera le président du conseil d’administration, tandis qu’Eric Thoelen en conservera la direction avec un domaine d’action étendu. Les murs des différents immeubles seront ensuite logés dans un fonds dédié, dont la spécificité n’est pas encore définie, mais qui pourrait être un FIIS (Fonds d’investissement immobilier spécialisé).

 

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content