Besix et CFE raflent Néo 1 au Heysel

©NEO

Associés à Unibail-Rodamco, les deux Belges remportent le projet de réaménagement du Heysel, le contrat "Neo 1".

Le collège des bourgmestre et échevins de la Ville de Bruxelles doit approuver ce jeudi la décision d’attribuer au consortium Unibail-Rodamco, Besix et CFE la mission de développer sur le site du Heysel un centre commercial de 70.000 m², 500 à 700 logements, 20.000 m² de bureaux, des espaces de loisirs et des parkings. Le projet est connu sous le nom de "Neo 1". Le contrat porte sur quelque 180 millions d’euros. Le gouvernement bruxellois examine le dossier ce jeudi également.

À l’issue de l’avant-dernière étape de la procédure de sélection, il ne restait plus que trois candidats en lice:
• le lauréat Unibail-Rodamco, Besix et CFE 
• Hammerson, Soficom et Codic 
• Klépierre, AG Real Estate et Wereldhave Belgium.

Il y a un mois le dernier cité a abandonné en cours de route, Simon Property, l’actionnaire américain de Klépierre, ayant décidé de ne plus concourir.

Le consortium vainqueur rassemble le groupe franco-néerlandais Unibail-Rodamco et deux développeurs bien connus chez nous, CFE, et le constructeur promoteur belge Besix. Unibail-Rodamco est le plus important propriétaire-exploitant de shopping centers d’Europe: son portefeuille compte 82 centres commerciaux dans 12 pays différents, mais il n’est que peu connu en Belgique. Le futur shopping center du Heysel sera, avec 70.000 m², le plus grand de Belgique.

Le développement du Heysel comporte deux volets, "Neo 1" et "Neo 2" (centre de congrès de 3.500 places et complexe hôtelier), pour lequel il y aurait encore quatre candidats en lice. Ils ne seront pas départagés avant la fin de l’année. À ces deux volets s’ajoutent la transformation du Palais 12 du Parc des expositions en salle de spectacle modulable (jusqu’à 15.000 spectateurs) et l’éventuel futur stade de football (60.000 places).

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés