D'Ieteren veut repenser le quartier Heyvaert à Bruxelles

©doc

Un plan d’aménagement directeur vise la reconversion du quartier Heyvaert. Dédié quasi exclusivement à l’import-export de véhicules, il va être remaillé. D’Ieteren Immo y lance un nouveau projet d’économie circulaire productive sur son site de 2 hectares. Il sera mis en location et rouvert au public avant l’été prochain.

Plaque tournante du commerce import-export de véhicules d’occasion au départ de la Belgique, le quartier Heyvaert, à cheval sur Molenbeek et Anderlecht, n’est pas un quartier industriel urbain comme les autres.

Depuis des années déjà, les autorités régionales tentent de reloger ailleurs ce labyrinthe dédié à la voiture, progressivement et empiriquement enraciné à proximité de la gare du midi et du canal. On a envisagé notamment de créer un nouveau centre logistique délocalisé non loin du pont levant de Buda (Neder-over-Heembeek). L’objectif était d’y installer une plateforme intermodale Ro-Ro, spécialement conçue pour les navires transportant des véhicules et directement connectée avec le port d’Anvers, par où transite la quasi-totalité du charroi ensuite exporté vers l’Afrique.

"Nous avons produit dans ces murs de l’activité durant 70 ans et espérons continuer aussi longtemps."
gery olbrecht
Coordinateur D’Ieteren Immo

Ce projet, apparemment mal embouché, a flanché une première fois. "La voie d’eau n’est pas appropriée à notre activité quotidienne car elle génère des coûts exorbitants en termes de stock-tampon et de main-d’œuvre, qui multiplient par trois nos coûts actuels. De plus, le terrain pressenti était bien trop petit", explique Dany Abouzeid, le vice-président de la FBEV (Fédération belge des exportateurs de véhicules neufs et d’occasion), qui représente actuellement plus de 1.200 emplois sous-qualifiés.

Début de reconversion

Ce dernier rappelle que lorsque les exportateurs de voitures se sont installés dans ce quartier, personne n’en voulait. "Aujourd’hui, nous collaborons, comme D’Ieteren, avec les autorités pour remailler le tissu local et y diversifier les activités. Mais attention: il faut veiller à ne pas détricoter ce que nous y avons créé depuis des décennies, comme on l’a fait avec le secteur textile dans le quartier du Triangle, à Anderlecht", insiste Dany Abouzeid.

Comme le reste de la zone Canal, le quartier est aujourd’hui intégré dans un nouveau Plan d’Aménagement Directeur (PAD) plus large, avec ses objectifs et ses réglementations spécifiques. Un des acteurs de terrain au profil – c’est vrai – un peu particulier dans la zone ciblée par ce PAD vient de lancer, sur un pan important du quartier en question, un appel d’offres pour une mission "relative à la dynamisation, gestion et coordination d’un projet d’occupation transitoire" dans un vaste espace industriel situé à l’angle des rues Heyvaert à Molenbeek et de Liverpool à Anderlecht, mais se prolongeant également sur la chaussée de Mons. Le salaire brut de ce gestionnaire avoisinera 8.000 euros.

Propriété de D’Ieteren depuis 1940, le site abrite une concession multimarques, un atelier mécanique et des stocks sur une surface totale de 25.000 m². La filiale immobilière de la firme planifie d’ouvrir ce site industriel couvert par endroits au grand public dès le 28 mars prochain, en jouant le rôle d’activateur dans ce quartier en reconversion. Un parc régional, dit de la Sennette, y est d’ailleurs à l’étude pour traverser prochainement le quadrilatère où est lancé aujourd’hui le projet initié par D’Ieteren Immo sur près de 2 hectares en partie couverts.

Baptisé "Circularium", celui-ci vise à réaffecter le site logé à cheval sur les deux communes bruxelloises. "Circularium transformera plus de 10.000 m² de surfaces industrielles en un grand centre d’innovation locale et de production circulaire dédié à la ville. On joue pleinement la circularité productive avec le contenant, qu’on ne démolit pas et qu’on dédie au circuit court et à la vie de quartier. On repense aussi le contenu: nous avons produit dans ces murs de l’activité durant 70 ans et nous espérons continuer encore aussi longtemps", explique Gery Olbrecht, le coordinateur du projet chez D’Ieteren Immo, accompagné d’un comité de pilotage réunissant des architectes de 51N4E et un Property Manager.

Le projet temporaire sera lancé pour une durée d’au moins 5 ans, renouvelable en fonction de son évolution. À terme, la surface disponible pourrait être doublée. Le gestionnaire de l’espace concerné sera rapidement désigné. Dès le printemps prochain, un appel à occupants-locataires sera lancé auprès des entrepreneurs ou associations en vue d’une installation effective sur le site avant l’été.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n