Deux mille personnes pourront loger à Pairi Daiza

©BELGA

Il manque depuis des années un volet hôtelier dans le domaine de Brugelette. Celui-ci est sur la table à dessin. Eric Domb finalisera les contours de son offre hôtelière fin 2017.

C’est confirmé: l’entrepreneur wallon Eric Domb ambitionne de faire atterrir d’ici un an les contours précis de son projet de développement d’une offre hôtelière importante: on parle de 500 "clés" (chambres ou cabanes), d’une capacité de 4 à 5 personnes, soit quelque 2.000 couchages au total. Celle-ci sera répartie sur les six "Nouveaux Mondes" qui sont actuellement dans les cartons et seront prochainement implantés sur le domaine élargi de Pairi Daiza.

"On parle à terme de 500 'clés' hôtelières et de 2.000 couchages."
Eric Domb
Patron de Pairi Daiza

Pourquoi attendre un an?

Quand on lui demande pourquoi attendre douze longs mois avant de finaliser son projet, le bouillant entrepreneur se veut pragmatique, peut-être échaudé par sa récente expérience nassognarde: "Il ne s’agit pas de questions de financement: nous avons les leviers et les crédits bancaires nécessaires. Mais nous jugeons prudent d’attendre que le nouveau Code wallon de Développement territorial (CoDT) donne ses effets. Quand nous connaîtrons ce cadre, nous introduirons de concert une demande de révision du Plan de secteur pour pouvoir créer une zone de loisirs sur le site actuel du parking et les demandes de permis", résume Eric Domb, tout juste rentré d’une visite exploratoire en Floride où il a rencontré des architectes et concepteurs de parcs d’animation.

D’ici novembre 2017, une équipe de conception du projet se mettra en place, pilotée par Gildino Tavares. Celle-ci planchera activement sur les plans et les élévations correspondant au concept de logement hôtelier immersif qu’Eric Domb voudrait voir insérer dans le parc animalier et qui n’existe nulle part ailleurs. "Mon rêve, de plus en plus éveillé, serait de pouvoir faire cohabiter nos hôtes d’une à quatre nuits avec certains animaux présents sur le site sans aucun risque ni pour les uns ni pour les autres; mais le plus compliqué est sans doute de faire circuler les visiteurs journaliers sans que les clients hôteliers ne soient dérangés…", explique le patron.

"Nous disposons désormais de 130 hectares de réserves foncières."
Eric Domb
CEO de Pairi Daiza

Pour pouvoir concrétiser ce rêve éveillé nourri depuis des années déjà, Eric Domb a progressivement racheté quasi tous les terrains alentour, notamment le moulin de Cambron, la ferme Carton et l’ancienne ferme Implan, trois maisons inoccupées et à vendre. Plus récemment encore, c’était au tour du camping de Brugelette, dont les 35 habitants ont quitté les lieux cet été. D’une superficie de 15 hectares, celui-ci aurait été cédé pour la somme de 700.000 euros.

Eric Domb, CEO de Pairi Daiza. ©Dieter Telemans

En tout, ce Monopoly local a permis à Eric Domb de disposer d’une réserve foncière totale de 130 hectares, qui intègre les quelque 50 hectares du parc protégé par un mur d’enceinte, incluant l’ancien domaine cistercien de l’abbaye de Cambron-Casteau et hébergeant plus de 5.000 animaux.

Ce site sera agrandi dès 2018 pour y loger, sur 18 hectares, un huitième monde baptisé la "Terre du froid" dont la première construction de taille, l’Izba, existe déjà depuis un an. Les autres nouveaux mondes et le volet hôtelier seront intégrés ensuite et constitueront de toute évidence "le plus ambitieux projet de l’histoire du parc".

Et la cohabitation avec les riverains?

Quant à la cohabitation avec les habitants des communes voisines et avec le bourgmestre de Brugelette, fréquemment pointée du doigt par les riverains par le biais des médias locaux, Eric Domb assure la vouloir la plus harmonieuse possible. "Nous souhaitons vraiment établir une zone-tampon entre les entités de Brugelette, Cambron-Casteau et le parc, histoire de limiter au maximum les nuisances. Après avoir planché sur le contournement routier sud via la N56 et la rue du Berceau, nous planchons activement sur le contournement nord pour ne plus que les visiteurs venant de l’autoroute A8 traversent le village de Gages."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect