George Forrest reprend 75% de la Cristallerie du Val Saint-Lambert. Une coquille vide?

©BELGA

L'homme d'affaires George A. Forrest a fait l'acquisition de 75% de l'entreprise liégeoise Val Saint-Lambert. Mais que reste-il comme actifs au juste et de quelle entreprise s'agit-il?

L’homme d’affaires Arthur Forrest, fils de néo-Zélandais né au Congo (1940) et résidant à Lumumbashi (Katanga), a fait savoir ce lundi avoir acquis 75% de la société liégeoise Val Saint-Lambert. Après l’agroalimentaire, la banque, la santé, l’ingéniérie et le textile, c’est donc le cristal d’art qui attire le regard de l’entrepreneur à la réputation aux multiples facettes.

Précision importante: cette acquisition a été réalisée à titre privé et non via la holding familiale Groupe Forrest International. "Cet apport de capitaux frais permet d’ores et déjà d’assurer la pérennité de l’activité et de l’emploi à moyen terme. Des initiatives complémentaires seront prises à court terme afin de dynamiser les ventes, d’abord en Belgique", indique le nouvel actionnaire majoritaire, qui renvoie pour toute information complémentaire au site Internet des Cristalleries.

Bien des questions restent en suspens tant l’objet du rachat - hormis l’expertise unique des quelques ouvriers encore actifs - ressemble à une coquille vidée

Mais sur ce site, passées les enluminures en vitrine, rien de consistant. Et au-delà de la promesse de circonstance figurant dans le communiqué, bien des questions restent en suspens tant l’objet du rachat - hormis l’expertise unique des quelques ouvriers encore actifs - ressemble à une coquille vidée. En effet, ni les murs ni la marque déposée ‘Val Saint-Lambert’ ne font partie des actifs.

L’information factuelle ne stipule d’ailleurs pas quelle société est rachetée ni quel est l’actionnaire minoritaire toujours lié aujourd’hui à George Forrest. Selon nos informations, il s’agit de la S.A. Belgian Crystal et de Jacques Somville (S.A. Haute Horlogerie Benelux, Luxembourg).

Les statuts de la Belgian Crystal sont d’ailleurs bien laconiques. Emanation de la SPRL Maison Bolland et créée en 2014, elle n’est devenue une société anonyme qu’en avril 2015, une fois finalisée par la curatelle la dernière reprise des actifs encore listés après une troisième faillite en dix ans. Elle voit alors son capital social porté de 19.000 à 545.000 euros. Et apparaît, aux côtés de Jean Kurek (domicilié à Baccarat, France), un second administrateur domicilié à Kinshasa: Michel Decuypere.

Coquille vide

Depuis les faillites à répétition prononcées en septembre 2002, en août 2008 puis en octobre 2013 – et ce malgré l’appui financier de la SoGePa-, l’entreprise vivote plutôt mal que bien, loin des Glorieuses d’antan. En 2002, le fleuron artisanal et industriel sérésien occupait encore une petite centaine de personnes et affichait un chiffre d’affaires avoisinant les 5 millions d’euros. Aujourd’hui, il n’est plus déclaré, mais le fonds de roulement de l’entreprise est proche de zéro et le cashflow plafonne à 141.000 euros les meilleures années. Quant aux paiements aux fournisseurs, ils sont dans le rouge, selon Graydon.

Il est donc plus qu’urgent - si tel est réellement le but de George Forrest, sans doute informé de l’intérieur par Michel Decuypere - de renflouer solidement les caisses, de booster la stratégie de commercialisation et de rassurer le personnel sur son avenir proche.

Classé second au palmarès annuel des plus grosses fortunes d’Afrique francophone subsaharienne par le magazine Forbes en 2016, George Forrest en a les moyens, lui qui fut notamment conseiller économique au Commerce extérieur pour la Belgique jusqu'en 2012 et consul honoraire de la République française à Lubumbashi jusqu’en 2011.

"Je ne connais pas l’homme. Mais savoir qu’il y a un apport de capitaux frais et que celui-ci est d’origine belge est une double bonne nouvelle."
Pierre Grivegnée
Val Saint-Lambert Invest S.A.

En février dernier encore, la RTBF entamait un reportage à son égard par ces mots: "Des rebelles ont voulu l'exécuter, des ONG l'ont accusé de plusieurs trafics, l'arrivée des Chinois a bousculé son empire: le magnat George A. Forrest a bâti l'une des plus grandes fortunes d'Afrique dans les crises qui secouent encore "son pays", la République démocratique du Congo (RDC)".

"Je ne connais pas l’homme. Mais savoir qu’il y a un apport de capitaux frais et que ceux-ci sont d’origine belge est une double bonne nouvelle pour le Val, pour la pérennité de l’activité et pour ceux qui la maintiennent en vie à bout de bras", a commenté à chaud Pierre Grivegnée, un autre homme d’affaires très actif sur le site du Val Saint-Lambert et qui, depuis près de 15 ans, y fédère les nouveaux projets immobiliers via plusieurs sociétés anonymes logées in situ.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content