Immobel met un solide pied sur le marché immobilier anversois

On connaît déjà l'actif immobilier le plus lucratif acquis par Immobel: baptisé Slachthuissite, il s'étend sur 18 hectares. ©Dries Luyten

Double surprise dans le sérail immobilier anversois. À peine Triple Living a-t-il finalisé le rachat des 50% du portefeuille Land Invest détenus par Ogeo qu’Immobel en reprend 30% et monte en force sur le marché local.

C’est décidément le dossier à rebondissements de l’année dans le Landerneau politico-immobilier belge. Et la série des surprises n’est peut-être pas encore terminée. On a appris mercredi que la société de promotion immobilière Immobel avait finalement repris 30% des parts du portefeuille de fonciers et de projets urbains de la société Land Invest, hier encore détenue à parts égales par l’importante société de promotion immobilière Triple Living (familles Cavens-Paeleman) et le fonds de pension liégeois Ogeo. Pour rappel, c’est le 3 mai dernier que la revente des parts d’Ogeo à Triple Living a finalement été actée devant notaire, à Bruxelles.

"Land Invest est mort. Vive Urban Living Belgium!"
Les nouveaux actionnaires

Du côté du groupe Immobel, coté en Bourse, on aurait préféré que la poussière retombe autour de cette saga, largement médiatisée en Flandre, avant de communiquer sur ce rachat. D’autant que Novo, un autre candidat longtemps pressenti au rachat des parts d’Ogeo, menace encore les dirigeants liégeois de poursuites.

Du côté de Triple Living, on affirme aujourd’hui s’en laver les mains et on brandit le contrat de rachat en bonne et due forme. Mieux: pour tourner définitivement la page et regarder de l’avant, les nouveaux actionnaires ont rebaptisé illico Land Invest. "Land Invest est mort. Vive ULB, pour Urban Living Belgium!" lancent-ils.

Au-delà de cette transaction à double étage que certains évoquaient depuis des semaines voire des mois à demi-mot, certaines questions subsistent: à quel prix le portefeuille d’actions (50%) a-t-il été racheté à Ogeo Fund? Et à combien est exactement évaluée la plus-value réalisable à terme sur les actifs immobiliers encore détenus en portefeuille, après construction et commercialisation des projets?

On sait que le plus lucratif sera celui baptisé Slachthuissite (Anvers, 18 ha). Mais on ignore si, après tous les épisodes malencontreux qui ont frappé l’ex-Land Invest depuis des mois, les nouveaux actionnaires auront encore les marges pour faire du futur quartier à bâtir (2.400 logements ) à la place des anciens abattoirs un lieu de vie accessible à tous les Anversois en quête d’un toit de qualité.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect