Le siège du SPF Affaires étrangères revendu pour 370 millions d'euros à un Coréen

©Jaspers-Eyers Architects

C’est un des tout gros bijoux de famille de la plus grosse société immobilière (SIR) cotée belge. Le siège du SPF Affaires étrangères a été vendu par Cofinimmo à un Coréen. Un deal d'un peu moins de 400 millions d'euros.

Nous l’avions annoncé en novembre dernier. C’est aujourd’hui chose actée: la société immobilière cotée Cofinimmo et un véhicule d’investissement constitué au Luxembourg par un établissement financier sud-coréen - la société Egmont Luxemburg SARL - ont conclu une convention sous seing privé conférant à cette dernière une emphytéose de 99 ans.

La convention signée ce mardi 13 février porte sur les immeubles de bureaux Egmont I et II, situés dans le Pentagone bruxellois et qui représentent à eux seuls près de 3% de la superficie totale du portefeuille de Cofinimmo. La signature de l’acte authentique d’emphytéose devrait intervenir fin mars 2018.

En contrepartie, la SIR belge recevra un canon global de 369,54 millions euros (soit près de 7.000 euros par m² hors sol) et une redevance annuelle de 20.000 euros. Le loyer de l’année en cours étant de 16,7 millions d’euros, le premier canon, versé à la signature de l'acte, correspond à un rendement locatif brut de 4,5%.

©Jaspers-Eyers Architects

Les immeubles de bureaux Egmont I (36.616 m²) et Egmont II (16.262 m²) ont été érigés respectivement en 1997 et en 2006 pour abriter le Service Public Fédéral Affaires Etrangères, Commerce Extérieur et Coopération au Développement.

Cofinimmo avait acquis l’immeuble Egmont I en 2004 et a construit l’immeuble Egmont II en 2005-2006 pour un montant total de 225,8 millions euros. Elle a signé avec la Régie des Bâtiments un bail portant sur la totalité du complexe de bureaux et courant jusqu’en juin 2031. En 2009, elle avait déjà cédé 96% des loyers futurs du bail avec la Régie des Bâtiments à BNP Paribas Fortis (Fortis Banque à l’époque).

Le rachat des créances de loyers et la signature de l’acte d’emphytéose sur les immeubles Egmont I et II permettent à Cofinimmo de réduire son taux d’endettement et d’accroître sa capacité d’investissement pour se rapprocher de son objectif de voir la part d’immobilier de santé dans son portefeuille global croître jusqu’à 50% d’ici fin 2019.

©Jaspers-Eyers Architects



Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content