Publicité

Les grands propriétaires privés du Quartier Nord serrent les rangs

©Alexandre Laurent

Faire enfin de l’Espace Nord, à cheval sur trois communes (Bruxelles, Saint-Josse et Schaerbeek) un vrai quartier urbain vivant, partagé et relié au cœur urbain. C’est l’objectif que s’est fixée il y a déjà un an Up4North, une ASBL regroupant huit partenaires immobiliers privés, d’habitude plutôt concurrents sur ce terrain de jeu.

Les huit acteurs initiaux regroupés au sein de l'asbl Up4North – AG Real Estate, Allianz, AXA, Banimmo, Befimmo, Belfius Insurance, Immobel et Triuva – ont répété ce jeudi s’engager ensemble dans un projet de redynamisation et de rénovation de ce quartier quasi entièrement dédié jusqu’ici au bureau. Et pour le prouver, ils multiplieront les initiatives donnant lieu à des projets concrets, déjà initiés ces derniers mois.

"Imaginé il y a plus de 50 ans, le plan Manhattan, qui a tracé les grandes lignes de ce quartier pour un demi-siècle, était le reflet d’une certaine conception de la ville qui prévalait au moment de sa création. Le quartier Nord répondait alors au besoin d’occupants prenant en location sur le long terme totalité ou partie importante d’un immeuble. Le monde de l’entreprise a évolué vers des locations de plus court terme, alors que dans le même temps la taille des entreprises diminuait. Il est donc temps, maintenant que la plupart des baux locatifs long terme des grands occupants historiques arrivent à échéance, de penser le quartier Nord à la lumière de ces nouvelles évolutions", pose Benoît De Blieck, le CEO de Befimmo et président de Up4North, un des principaux propriétaires dans la zone, avec notamment les tours WTC ou le nouveau complexe Quattuor, actuellement en chantier le long de la petite ceinture.

"Ce quartier, souvent décrié, trop désert le soir ou le week-end, possède pourtant un grand nombre d’atouts. Les principaux sont sa proximité avec le centre-ville, son accessibilité en transports en commun et son ouverture directe sur la Flandre par le nord. Notre projet vise à recréer 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 de la mixité."
Alain Deneef
Coordinateur de l'asbl Up4North

Les atouts et le momentum

"Le momentum est idéal pour insuffler une nouvelle dynamique à ces grands ensembles bordés de larges avenues", insistent pour leur part Sven Lenaerts et Alain Deneef, les deux coordinateurs de la jeune asbl. Et ils insistent: il s’agit d’élaborer, en synergie avec les acteurs locaux privés et publics et les occupants actuels et futurs des immeubles en reconversion ou en construction, un plan sur mesure où la diversité des fonctions de la ville de demain sera mise en avant.

"Ce quartier, souvent décrié, trop désert le soir ou le week-end, possède pourtant un grand nombre d’atouts. Les principaux sont sa proximité avec le centre-ville, son accessibilité en transports en commun et son ouverture directe sur la Flandre par le nord. Notre projet vise à recréer 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7  de la mixité en mettant en contact les grandes entreprises (déjà présentes, comme Engie, Proximus ou la Vlaamse Gemeenschap) et les start-ups, le culturel et l’associatif, les résidents et les visiteurs nationaux ou internationaux. Nous souhaitons que ces différents publics s’approprient cet espace de vie urbaine partagée", pose comme credo Alain Deneef, déjà actif, au sein du Fonds Quartier Européen, sur un autre quadrilatère bruxellois trop longtemps sacrifié sur l’autel monolithique du bureau.

Les freins

Comme dans le Quartier européen, les initiateurs de ce projet aussi complexe qu’ambitieux auront besoin d’énormément de cohésion, de pouvoir de persuasion et d’un solide carnet d’adresses pour parvenir à leurs fins. En effet, qui dit immobilier privé dit, quelles que soient les motivations de départ, spéculation, gros sous et concurrence.

"Ce projet n’est possible, je le concède, que si tous les acteurs regardent ensemble dans la même direction. L’intérêt public dépasse ici sans aucun doute les intérêts privés."
Benoît de Blieck
CEO de Befimmo et président de Up4North

En outre, les contacts avec les pouvoirs publics régionaux et communaux – sans compter les grands propriétaires historiques comme la SNCB ou la Région bruxelloise – sont toujours compliqués et lents. Il suffit de voir le temps qu’il a fallu pour faire bouger les lignes sur une zone aussi stratégique que la Gare du Midi et ses environs.

Enfin, le timing politique ne joue guère en la faveur des porteurs de ce projet ambitieux, atypique et urgent pour la ville. Dans quelques mois – si ce n’est déjà le cas – le compte à rebours des élections communales figera toutes les grandes prises de décision au niveau local; et dans un an, ce sera au tour de l’échelon régional de rentrer dans la même phase de décompte peu productive de grandes décisions.

"Ce projet n’est possible, je le concède, que si tous les acteurs regardent ensemble dans la même direction. L’intérêt public dépasse ici sans aucun doute les intérêts privés. C’est pour cette raison que nous rassemblons nos forces, sans nous disperser, avec nos collègues du secteur immobilier pour investir durablement dans la ville à Bruxelles. Il est d’ailleurs clair que la Région bruxelloise est prête à soutenir ce projet et nous ne pouvons que nous en réjouir. Nous espérons que nous pourrons continuer à travailler sur la même lancée positive au cours des prochains mois, afin que le Quartier Nord reçoive enfin l’attention que mérite son potentiel", conclut Benoît De Blieck.

Le ‘Café North’ comme port d’attache

Quels que soient les aléas non négligeables qui émailleront ses premiers pas, l’asbl Up4north veut avancer et même mettre le turbo, sans brûler les étapes. "Nous avons donné vie, au rez d’un immeuble actuellement rénové par Banimmo, à un ‘Café North’, devenu depuis peu le lieu de rendez-vous pour les sessions de brainstorming avec les comités de quartier, les acteurs et parties prenantes publics, Perspective Brussels, Atrium, la STIB, le Maître Architecte, etc. Nous voulions nous mettre autour de la table avec autant d’acteurs que possible", détaille Sven Lenaers, qui précise que ce café cherche encore un exploitant qui le gère au quotidien et y accueille un maximum d’activités en rapport avec le quartier et les objectifs de l’asbl.

Ces initiatives seront fédérées par ‘Lab North’, un regroupement de différents acteurs innovants qui mènent ensemble une réflexion sur le tissu urbain et social du Quartier Nord.

Enfin, ‘Platform North’, un site internet récemment lancé donnera l’opportunité aux futurs acteurs qu ile souhaitent d’occuper temporairement des espaces disponibles dans le quartier et de créer ainsi un nouvel écosystème de "corpo-working". Outre le niveau 0 du North Plaza de Banimmo, désormais ouvert au n° 9 du Boulevard Albert II, la tour WTC 1 de Befimmo, plantée non loin sur le trottoir d’en face, ouvrira également trois niveaux (+-5.000 m² ) à de futurs occupants motivés par le projet de reconversion qui débute. A un prix d’entrée très abordable (35 euros le m² par an) qui pourra encore être revu à la baisse si le projet est particulièrement social et cohérent. L’appel à candidatures est déjà lancé en ligne. Il se clôturera à la mi-novembre, histoire de rapidement remailler le tissu existant avec des locations éphémères qui peuvent aller de quelques jours à deux ans. Pour l’instant.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés