Les prix des maisons en hausse de 11% ?

© Ferdowski ©Nima Ferdowsi

Les chiffres de l’immobilier des notaires pour 2011 suscitent la perplexité. Le prix moyen de vente des maisons et appartements en Belgique est passé au-dessus de la barre des 200.000 euros en 2011, selon la Fédération royale des notaires.

Le dernier baromètre de l’immobilier résidentiel en Belgique publié par les notaires est pour le moins interpellant. Selon cet indicateur, les prix moyens des maisons - hors villas, maisons de maître et maisons de rapport - auraient progressé de 10,7% en 2011 par rapport à 2010, pour atteindre 214.480 euros. La hausse s’élèverait à 8,4% pour les prix des appartements qui auraient coûté en moyenne 206.441 euros.

Cette envolée des prix contraste avec la progression beaucoup plus limitée constatée par les réseaux d’agences immobilières. Trevi Group évoque une hausse des prix de l’immobilier de 2,8% sur l’ensemble de l’année dernière. À la fin du mois de décembre dernier, Century 21 estimait à seulement 2,12% la hausse des prix en 2011. Ces agences ne couvrent évidemment pas la totalité des transactions immobilières mais les chiffres officiels, communiqués par le ministère de l’économique, mentionnent également une progression beaucoup plus modérée. Selon les dernières données, arrêtées au troisième trimestre de 2011, les prix des maisons atteignaient en moyenne 191.452 euros, soit une hausse sur un an de seulement 4,2%. Au troisième trimestre de l’an dernier, les appartements coûtaient en moyenne 198.007 euros, en hausse de 4,6%.

Baromètre précurseur?

Le ministère de l’économie établit ses données sur base des chiffres qui lui sont communiqués par le cadastre après la signature des actes. Les notaires, eux, compilent les prix au moment de la signature des compromis, qui précèdent de trois à quatre mois les actes. "La moitié de la hausse des prix des maisons sur l’ensemble de 2011 a été réalisée au quatrième trimestre", précise Bart van Opstal, président de la Fédération Royale du Notariat belge. La hausse de 5,8% des prix des maisons au quatrième trimestre par rapport au troisième trimestre devrait donc apparaître dans les statistiques officielles et les droits d’enregistrement du premier trimestre 2012.

Sur le terrain, les agences ne confirment pourtant pas la hausse des prix constatée par les notaires. "Nous n’avons plus connu une hausse des prix de 11% depuis très longtemps. Le climat économique en 2011 n’a pas été propice à de telles hausses de prix", observe Eric Verlinden, administrateur délégué de Trevi Group. Ce dernier juge aussi très élevé le prix moyen des maisons et des appartements communiqué par les notaires. "Peut-être que les transactions observées ont porté sur des biens un peu plus chers mais cela ne signifie pas que les prix progressent autant", poursuit-il.

Les investisseurs font-ils le marché?

Trevi Group et Century 21 confirment en revanche la forte reprise de l’activité au quatrième trimestre par les notaires (+ 5,4% sur un an). Les mois d’octobre (+ 6%) et de novembre (+ 12,7%) ont permis de compenser la faiblesse de décembre (-4,4%). "Au quatrième trimestre, de nombreuses transactions ont été réalisées par des investisseurs, explique Bart van Opstal. Ceux-ci ont créé une forte demande."

Cette hausse de la demande aurait donc entraîné une hausse des prix. Les investisseurs misant sur l’immobilier privilégient en général des appartements. Pourtant le prix des appartements est resté stable au dernier trimestre de 2011 par rapport au trimestre précédent.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés