Premiers chiffres rassurants pour l'immobilier professionnel confiné

Sans grande surprise, c’est le secteur alimentaire qui tire les bons résultats: durant le confinement, les volumes vendus dans les supermarchés (tous types confondus) ont augmenté de 16%. ©Photo News

Branle-bas de combat dans les bureaux bruxellois de JLL, ce mardi, pour dresser un état des lieux chiffré du marché immobilier par ces temps inédits de turbulences et de confinement. Un premier bilan surprenant à plus d’un titre.

Dans la rue et les boutiques proches des bureaux bruxellois du conseil en immobilier JLL, pas un chat et le calme plat. Mais sur la table du 6e étage, les chiffres se bousculent en tous sens. A commencer par le secteur logistique, qui pète pour l’instant la forme olympique et crève tous les plafonds, tant en prise en occupation d’espaces qu’en prix de vente des immeubles mis sur le marché, dont les rendements se tassent sous les 5%. "Le volume loué ou acquis enregistré à la mi-juin atteint 362.000 m², soit une augmentation de 24% par rapport au premier semestre 2019. Depuis le 16 mars, nous avons enregistré 54 demandes d’espaces de stockage. Les baux sont parfois négociés sur le court terme, mais l’activité reste particulièrement soutenue. Sur l’axe Bruxelles-Anvers, on est aujourd’hui proche de la saturation: il n’y a quasi plus rien à louer", détaille Ann Vanderwegen, directrice de recherche chez JLL.

En cause: la volonté des principaux acteurs du secteur de renforcer leurs stocks-tampon pour éviter le type de pénurie rencontrée notamment en mars dans les rayons de la grande distribution pour certains produits de première nécessité. Mais ce n’est qu’un exemple parmi d’autres. Ce premier bilan est d’autant plus rassurant pour le secteur des logisticiens belges qu’il n’est pas identique dans les autres pays européens, particulièrement en France, en Allemagne ou aux Pays-Bas.

Constat relativement rassurant également pour le secteur semi-industriel: la prise en occupation atteint 485.600 m², soit 7% en-dessous du niveau enregistré l’an dernier à pareille époque. "Les PME sont restées actives malgré la fermeture temporaire des entreprises lors du confinement et les fondamentaux du marché n’ont pas changé. Jusqu’à maintenant…", constate-t-on chez JLL.

Le dernière bonne nouvelle vient du marché du bureau wallon: alors que Bruxelles et la Flandre piquent du nez, avec un recul de la prise en occupation flirtant avec les 60%, la Wallonie réalise son meilleur volume de transactions semestriel de tous les temps: 90.000 m², soit six fois plus que la moyenne sur 10 ans et 347% de plus que l’an dernier. Cette prise en occupation s’explique tout particulièrement par plusieurs prélocations de grande taille de la part du secteur public à Liège, Namur et Mons. Merci la régionalisation! 

Les ventes de détail s’écroulent par segments

Sur le segment du commerce de détail enfin, la prise en occupation reste, contre toute attente, globalement soutenue. A la mi-juin, on recensait un total de 190.000 m² pris en location cette année, soit une hausse de 16% par rapport à la même période l’an dernier. JLL note néanmoins que le gros de ce volume – 234 transactions - a été enregistré au premier trimestre. Au deuxième, le nombre de transactions est tombé à 126. Et les fermetures d’enseignes qui se précisent devraient plomber l’activité nette en fin d’année.

Sans grande surprise, c’est le secteur alimentaire qui tire ces bons résultats: durant le confinement, les volumes vendus dans les supermarchés (tous types confondus) ont augmenté de 16%. Et avant le lockdown, celui du "Food & Beverages" (horeca) a battu tous les records, avec 24% de part de marché en nombre de transactions. En 2015, il ne représentait encore que 13%. Constat inverse pour le secteur du textile et de l'habillement, qui chute à 17%. C’est quasi la moitié de la part de marché qu’il occupait voici 5 ans encore.

Ce sont les commerces en périphérie qui tirent pour le moment leur épingle du jeu face aux centres commerciaux et aux rues commerçantes, davantage boudés pour l’instant.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés