Retour des beaux jours sur le marché immobilier côtier

©Doc

Les transactions ont cartonné l’an dernier à la côte. Ostende et Knokke représentent près de 40% de toutes les opérations actées devant notaires.

On a dit tout et son contraire sur le marché immobilier côtier ces derniers mois. Mais si on en croit les chiffres publiés par les notaires ce vendredi matin, 2017 a été une nouvelle année record en termes d’échanges et d’achats de biens, après 2016 qui avait déjà été remarquable, rappelle la Fédération.

"Ce nouveau nombre record de transactions en 2017 est principalement dû à Ostende et à Knokke, qui représentent à eux seuls près de 40% de toutes les transactions côtières", résume Sandra Ichtertz, la porte-parole des notaires. Ostende a assuré 20% du total des transactions répertoriées devant notaire. Knokke est encore en croissance, d’année en année malgré les prix pratiqués.

En 2017, la commune a capté 18,6% de toutes les ventes du littoral. Par rapport à 2016, l'activité y a progressé de 7,8%. Coxyde complète le top 3 des communes du littoral les plus courues par les acheteurs et investisseurs côtiers, avec 12,2%.

©Fédération des notaires

Les ventes enregistrées sur le littoral ont représenté à elles seules 4,9% de toutes les transactions immobilières en Belgique et plus du tiers (36,4%) du total des transactions actées devant notaire en Flandre occidentale. Ces trois dernières années complètes, le nombre de transactions dans chaque région côtière a augmenté de plus de 30% après, il est vrai, avoir longuement stagné suite à la crise de 2008. Les propriétaires vendeurs qui avaient les reins solides ont donc été inspirés de faire le gros dos. En comparaison à 2014, l'activité sur la "côte Ouest" a augmenté de  35,7%, de  35% sur la "côte Est" et de 31,4% sur la "côte moyenne".

Les prix montent également entre 3 et 6%

Si l’activité sur le marché de la brique côtière est au beau fixe, ce n’est pas parce que les prix s’ensablent. Le prix des appartements côtiers - où qu’ils se situent - augmente de 3,2% en moyenne; sur la digue, il gonfle de 6,6% à 320.429 euros en moyenne, la fourchette de prix allant de 209.000 à 650.000 selon les communes. La rareté et/ou l’exclusivité de l’offre explique cette nouvelle surchauffe. Les promoteurs ont également fait monter les prix en achetant des fonciers à redévelopper avec vue sur mer, notamment à Knokke et Ostende. A tel point qu’un appartement sur la digue est en moyenne 22% supérieur à la moyenne des appartements du côtiers, 28% plus cher que la moyenne en Flandre occidentale. Par rapport à la moyenne nationale, le surcoût pour s’offrir la digue atteint quasi 50% aujourd’hui pour un bien comparable ailleurs.

Des écarts de prix toujours surprenants

Le prix moyen d'un appartement - distance avec la mer non prise en compte - fluctue pour l’instant entre 174.500 et 466.000 euros (hors frais) dans les communes côtières. Les appartements les moins chers - sous le seuil des 200.000 euros - sont situés à Westende, Zeebruge et, plus étrangement, à La Panne. Les plus chers sont logés à Nieuport, Heist et Knokke. Surprise locale: à La Panne, Coxyde et Nieuport, le prix moyen a baissé l’an dernier de -2,3% à -6,9%. Au Coq, commune balnéaire atypique et très spécifique en termes d’offre immobilière – notamment du côte des ‘concessions’ ancienne et nouvelle -, ils bondissent de 17%.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content