Silversquare triple ses surfaces de coworking avenue Louise

L'aménagement intérieur, signé par Studio KRJST.

Déjà présente côté bois de la Cambre et place Stéphanie, l’enseigne belge de bureaux partagés Silversquare, née en pleine crise des subprimes, rebondit sur la crise actuelle pour étendre sa toile locale.

La crise? Quelle crise...? "On est né dedans il y a dix ans et, comme c’est souvent le cas pour les idées nouvelles, c’est la crise qui a fait émerger alors le concept novateur de coworking", expliquent Alexandre Ponchon et Axel Kuborn, rencontrés en plein chantier de construction de leur troisième adresse sur l’avenue Louise, la septième en Belgique. Ils y mettent le paquet puisque pas moins de 4 étages sont en cours d'aménagement dans l’immeuble Platinum, à hauteur de la rue du Bailli. Et si on y ajoute les nouveaux espaces pris en location dans l’immeuble déjà occupé place Stéphanie, c’est près de 10.000 m² qui sont mis sur le marché.

"La dématérialisation et la numérisation du travail met à mal le concept de lieu de travail unique et centralisé."
Alexandre Ponchon
CEO Silversquare

Le confinement fait bouger les lignes

Alexandre Ponchon et Axel Kuborn, les deux patrons-fondateurs de Silversquare, devant le mur en pisé tout frais posé du rez-de-chaussée.

En pleine crise du coronavirus, l’ambition renforcée est claire: "Nos clients actuels et les futurs doivent davantage encore aujourd’hui qu’hier maîtriser leurs coûts structurels en jouant au maximum la carte de la flexibilité là où elle est efficace. Et sur le poste des dépenses structurelles en immobilier, on est clairement une solution clé-sur-porte", argumente Axel Kuborn, convaincu que la crise actuelle est un momentum stratégique pour étendre la toile de Silversquare.  

Alexandre Ponchon renchérit: "La dématérialisation et la numérisation du travail mettent à mal le concept de lieu de travail unique et centralisé. En ce sens, le coworking se profile comme un complément idéal. Il permet aux employés de travailler près de chez eux et aux employeurs de sous-traiter l’offre de services sans s’engager sur le long terme."

"Sur le poste des dépenses structurelles en immobilier, on est clairement une solution clé-sur-porte."
Axel Kuborn
CEO Silversquare

Au Platinum, près de la moitié des espaces en cours d’aménagement sont déjà promis à occupation. Parmi les 37 entreprises qui ont déjà signé pour occuper la place, on trouve notamment des scale-ups ou des PME qui ont le vent en poupe, comme Cherry Accounting (comptabilité), NodalView (visite digitale 3D), Retviews (intelligence artificielle), Wiplaw (propriété intellectuelle) ou Naïf (architecture).

La façade du nouveau centre de coworking qui vient d'ouvrir ses portes avenue Louise.

Après Bailli, deux nouveaux espaces devaient encore rapidement ouvrir sur Bruxelles, avant Anvers et Liège-Guillemins d’ici deux ans. Cette marche en avant n’est pas, pour les fondateurs de Silversquare, un pari sur l’avenir. C’est juste une évidence. "Nous avons souffert de la saga WeWork, dont les déboires ont terni l’image du secteur. Mais un gestionnaire de bureaux partagés n’est pas l’autre. Eux louaient parfois des espaces à distance sans même venir voir sur place, sentir le terrain, l’emplacement. Nous sommes ancrés dans le tissu local. Nous 'sentons' le marché et tissons notre toile progressivement, prudemment. Nous pensons vraiment qu’à l’instar de commerçants de proximité, ce métier requiert d’agir et de penser localement", explique Alexandre Ponchon, qui agit désormais en synergie avec comme actionnaire principal le propriétaire Befimmo, lui-même convaincu du concept pour adapter progressivement son portefeuille de bureau à l’évolution accélérée de notre manière de travailler et de vivre.

Les deux CEO insistent également sur la nécessité de rendre chaque adresse unique et adaptée au lieu habité, voire à l’étage choisi. Cette fois, ils ont donné carte blanche au duo d’artistes bruxelloises de KRJST Studio, proches de Lionel Jadot, qui ont œuvré de concert avec l'architecte Xavier Houben. "Ça nous coûte 800 euros le mètre carré pour aménager les lieux, mais ça le vaut bien. Erika et Justine ont fait des merveilles: le rez-de-chaussée vaudra vraiment le détour!", ajoute Axel Kuborn, sous le charme.

 

 

 

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés